http://huissigniesretro.skynetblogs.be

29/10/2016

In Memoriam Michel Baugnies (1927-2016)

Journée du patrimoine 2012.JPG

                                                        A l'église de Huissignes - Journée du patrimoine 2012

Michel est né à Canteleux le 31 décembre 1927, fils de René Baugnies (1893-1957) et de Jeanne Cousin (1896-1984) qui exploitaient une ferme dans ce hameau de Huissignies. Il avait un frère de 2 ans son aîné.

Il fera son école primaire à Beloeil et poursuivra sa scolarité à l’institut provincial d’horticulture de Tournai d’où il sortira diplômé à la fin de la 2ème guerre mondiale.

Il exercera la profession de jardinier-horticulteur durant toute sa vie active. 

Dès sa tendre enfance, il sent battre de façon particulière le cœur de son terroir; enraciné à sa terre natale, il en percevra tous les aspects historiques, humains et politiques. 

Très jeune, les dires des anciens de Canteleux l’intriguèrent; ces derniers prétendaient remonter des éléments de toute nature lors des travaux de labour des champs aux Mervaux. Un jour, il voulut en avoir le cœur net; il prit sa pelle et sa pioche et commença à en investiguer le sol. Ainsi naquit sa passion pour l'archéologie.

numérisation0008 (Copier).jpg

Ses recherches ne furent pas vaines, il mettra à jour avec l'aide d’autres archéologues un oppidum, un camp fortifié, des bas-fourneaux et quelques tombes gallo-romaines.

Michel Archéologue (Copier).jpg

Intéressé par la vie de nos ancêtres, il écoute avec attention lors des longues soirées d'hiver les abondantes racontes de ses aïeux et des anciens de Canteleux qui eux-mêmes remontaient le temps. Ainsi naquit sa passion pour l’histoire locale.

Ses investigations d’archives locales et régionales sont incommensurables, les heures passées aux archives d’Ath et de Mons sont incalculables.

Il sauvera des flammes les archives de la commune de Huissignies, archives traitées avec négligence et inconscience lors du transfert vers Chièvres suite à la fusion des communes en 1976!

Grâce à sa mémoire exceptionnelle qui restera intacte jusqu’au bout, il enregistrera le moindre détail de façon étonnante; son esprit était une abondante bibliothèque, sorte de disque dur de mémoire de plusieurs siècles. 

Sur les terres de son enfance 2013.JPG

Aux Mervaux, sur les terres de son enfance en 2013

Les extraits d’archives et annotations diverses puisées ci et là, recopiés patiemment avec une écriture calligraphique ont finalement permis un travail de transmission d'histoire et de mémoire locale via  le site « Huissignies Rétro » que j’ai créé avec lui en 2013. De nombreuses rubriques postées à ce jour ont trouvé leur inspiration dans ces travaux de recherche.   

Guide en temps et heure au musée du pain de Grosage, il est aussi parmi ceux qui ont créé l'association de la sauvegarde du patrimoine en 1980 qui donnera naissance ensuite au musée de la vie rurale.

Epris de justice, respectueux de son prochain, homme de bonté, la devise de Michel était « Paix aux hommes de bonne volonté ».

Il s'en est allé le 12 octobre dans la paix, la discrétion et la sérénité comme il a vécu.

Son esprit lucide qui n’avait pas pris une ride me laissait espèrer qu’il puisse encore rester parmi nous quelques années....il est parti plus vite que je ne l'aurais imaginé !

Il avait épousé Marcelle Marchal (1930-2000), gaumaise d'origine avec qui il eut une fille Corinne, elle même maman d'un fils Kevin.

Bras (Copier).JPG

                    En vacance dans le Var en 2014

En séjour dans le Var 2014 .JPG

 

29/07/2016

In Memoriam Marc De Braekeleer (1950-2016)

marc Debraekeleer. jpg.jpg

Fils de Roger et Irène Picron, Marc naquit en mars 1950 à Huissignies au 30 rue du Pluvinage.

Après ses études primaires à l'école du village, il effectuera ses humanités à l'athénée royale d'Ath.

Il poursuivra ensuite des études de médecine à l'Université Libre de Bruxelles d'où il sortira en 1975 avec le titre de "Docteur en médecine générale".

Il s'installera de 1975 à 1985 comme médecin généraliste à Huissignies, à la rue Maifrette où il avait construit une villa.

Rattrapé par le virus de la recherche, il entamera ensuite un parcours de globe-trotter scientifique qui le mènera d'abord au Canada où il participa à des recherches sur la mucovicidose, et ensuite à la faculté de médecine de Bordeaux et enfin à l'Université de Brest en Bretagne.

Dans cette université, il sera responsable du laboratoire de cyto-génétique et biologie de la reproduction et sera pendant quelques années Doyen de la faculté de médecine.

Il était le père de deux enfants: Etienne et Marianne.

Nous avons appris son décès inopiné la semaine passée; voici le communiqué de l'université de Brest.....

Brest

L'Université de Bretagne Occidentale, l'UFR Médecine et Sciences de la Santé et le Centre Hospitalier Régional et Universitaire de Brest, s'associent à la peine de la famille et des proches de Monsieur Marc DE BRAEKELEER Professeur des Universités Practicien hospitalier Doyen honoraire de la Faculté de Médecine Responsable du laboratoire cytogénétique et biologie de la reproduction au CHRU de Brest. suite à son décès survenu brutalement.

Un dernier hommage lui sera rendu lundi 25 juillet, à 16 h 30, au Centre funéraire du Vern à Brest. Dans le respect des souhaits de sa famille, des dons sont à privilégier, au profit de l'action de l'association soutenue par le Professeur Marc De Braekeleer.

 

numérisation0005.jpg

Photo d'école de Huissignies. Marc se trouve au 2ème rang; le 2ème à partir de la droite.

10/10/2015

Aperçu de la population de Huissignies (Husseignies) entre 1797 et 1822

 Sources utilisées : Archives communales / Régistres de la population

 La période française a duré de 1794 à 1814.

1. Les professions

 

Les hommes

Statistiques effectuées sur les déclarations de mariage et sur les déclarations de décès sur un échantillon aléatoire  de 200 personnes qui se sont mariés ou qui sont décédés entre 1797 et 1822

Ouvriers 25%

Cultivateurs 19%

Ménagers 18%

Sabotiers 9%

Tisserands 6% (occupation hivernale de certains cultivateurs)

Journaliers 2%

Domestiques 2%

Autres (20% restants), on trouve :

Marchand de lin, meunier, berger, bourrelier, maréchal-ferrant, charron, peigneur de lin et de laine, lammier, épongeur de laines, blanchisseur, jardinier, scieur, boulanger, boucher, brasseurs, coordonnier, maçon, spadeur, charpentier, tailleur d’habit, garde-forêt, rentier, bûcheron, horloger, champêtre, tonnelier, menuisier, cabaretier, vitrier, commerçant, voiturier, négociant, couvreur de paille, aubergiste, instituteur, joueur de violon, mendiant, chirurgien.   

Les femmes

Echantillon aléatoire de 134 personnes. 

Ménagères 33%

Fermières 21%

Ouvrières 26%

Servantes 7.5%

Fileuses de lin 6.5%

Couturières 4%

Journalières, lingères

 

2.Degré d’alphabétisation

Evaluation simple faite sur la faculté des mariés et des mariées à pouvoir y apposer leur signature sur leur déclaration de mariage (les autres y apposent une croix).

Les hommes : 56% peuvent y apposer une signature.

Cultivateurs : 81%

Sabotiers : 50%

Ménagers : 45%

Ouvriers : 28%

Les femmes : 28% peuvent y apposer une signature.

Cultivatrices : 70%

Couturières : 33%

Ménagères : 25%

Ouvrières : 7% 

3.Mortalités

421 décès entre 1797 à 1822 soit une moyenne de 16.5 par an pour une population de +- 1000 personnes.

10% des nouveaux nés n’atteignent pas l’âge de 1 an

16% décèdent entre 1 et 11 ans

30% n’atteignent pas l’âge adulte

On doit épingler 5 années de record de décès :

  • 1806 (28 décès dont 12 atteignent des enfants de moins de 12 ans) caractérisée globalement en Belgique par des épidémies très meurtrières de rougeole, de scarlatine et d’angine aphteuse.

  • 1810 la plus catastrophique pour le village car on y recense 43 décès (dont 23 atteignent des enfants de moins de 12 ans) sans pouvoir l’expliquer.

  • 1813 (26 décès dont 12 atteignent des enfants de moins de 12 ans) qui s’expliquerait par un hiver particulièrement rigoureux.

  • 1817 (26 décès dont 11 atteignent des enfants de moins de 12 ans) caractérisée globalement par une épidémie de typhus en Belgique.

  • 1820 (33 décès) qui a connu un hiver particulièrement rigoureux .

          

4.Naissances

692 naissances entre 1797 et 1822 soit une moyenne de 27 par an.

5.Mariages

154 entre 1797 et 1822 soit une moyenne de 6 par an.

Moyenne d’âge des mariés : 30 ans pour les hommes et 26.5 ans pour les femmes.

  • 54% des filles mariaent un garçon de Huissignes ( Endogamie géographique *)

  • 30% mariaent un garçon d’un village tout limitrophe. 

  • 13% mariaent un garçon d’un village non immédiat mais situé à moins de 15 Km.

  • 2% mariaent un garçon d’un village éloigné de plus de 15 Km (Exogamie géographique)

L’année 1811 est une année record quant au nombre de mariages. On peut lire dans les régistres que 11 mariés sur 14 déclarent « avoir approuvé leur acte de liberté délivré par le maître des requêtes, préfêt du département de Jemappes », c’était probablement la condition sina qua none pour pouvoir officiellement convoler en juste noce.

(*) La démographie historique a démontré que jusqu’au 19ème siècle, le conjoint était choisi dans 80 à 90% des cas dans un rayon de 8 à 10 Km; cad les 2 heures que mettait à pied le jeune homme pour aller courtiser sa fiancée.

6.Les noms de famille les plus courants à Huissignies

Dans l’ordre :

Duquenne/Duquesne, Laurent, Coulon, Capelle, Massy, Labie/Labbye/Labye, Destrain, Brouillard, Picron, Dupont/Dupond, Dubois, Dath, Carlier, Renard, Cauchies, Jaivenois, Auverleau, Masson, Miroir, Cousin, Meurant, Gosselin, Caudron, Legrand, Nopenaire, Dufrasne, Laventure, Baugnies, André, Delestray.