http://huissigniesretro.skynetblogs.be

28/04/2017

Maurice Leleux, un hochniot dans les ordres.....il deviendra doyen de Leuze-en-Hainaut!

 img717 (Copier).jpg

Maurice Leleux naquit à la rue du Pluvinage le 28 août 1915, il était le fils de Eugène Leleux (6/11/1870-8/11/1946) boucher et de Claire Dubois (26/4/1876-9/12/1935)....des racines "hochniotes" qu'il ne reniera jamais.

img659 (Copier).jpg

Son père Eugène exploitait la boucherie au 9 de la rue du Pluvinage; cette dernière sera ensuite reprise par le neveu d'Eugène, Felix Lorphèvre qui assurera sa continuité jusqu'en 1965, année de son décès. C'est Guy le fils de Félix qui reprendra la boucherie jusque sa retraite début des années 90.

Adolescent, il découvre la JOC (Mouvement des jeunesses ouvrières chrétiennes) et est directement séduit par les discours de Monseigneur Cardijn (*), empreints d'humanité et de militantisme à l'égard du monde ouvrier chrétien. 

Engagé dans la JOC de Beloeil au côté du vicaire Arille Delange, il devient permanent jociste. Cette mission consistait entre autres, à enfourcher le soir son vélo, pour se rendre à la réunion des sections locales environnantes. Il lui arrivait de loger chez le curé de la paroisse visitée. Il assuma pendant des années ce rôle d'animateur itinérant.

img401 (Copier).jpg

Un petit air de curé de campagne........

Il est ensuite entré au séminaire en "vocations tardives" à Saint-Gérard vers 1937; il  restera quelques années chez les assomptionnistes pour y apprendre le latin.  

Après sa théologie au séminaire de Tournai, il fut ordonné prêtre le 25 juillet 1943. Il devenait ainsi le premier permanent jociste ordonné prêtre.  

img730 (Copier).jpg

Le cortège des prémices quitte la maison familiale de la rue du Pluvinage à Huissignies

Les cérémonies de prémices solennelles eurent lieu à Beloeil le 1 août 1943 et à Huissignies le 8 août.

img532 (Copier).jpg

Le cortège des prémices à Beloeil à la Grand Rue

En 1945, il est nommé vicaire de la paroisse Saint-Martin à Ath, puis nommé l'année suivante aumônier des oeuvres de la région d'Ath-Lessines-Enghien. Il parcourait les villages pour susciter et soutenir les responsables des mouvements d'action catholique; il restera dans l'aumônerie jusqu'en 1963. 

En 1963, il fut nommé doyen de Leuze-en-Hainaut; le vicaire général du diocèse de Tournai Mgr Joos procéda à l'installation du nouveau doyen le 9 juin.  

img753 (Copier).jpg

La cérémonie d'installation comme doyen de Leuze (Photo du Courrier de l'Escaut)

Amateur du beau, il fit procéder en collaboration avec les autorités communales à la restauration de l'église décanale de Leuze à la fin des années 70.

Après 25 ans d'apostolat du doyenné de Leuze, il abandonne ses fonctions le 18 septembre 1988 à l'âge de 73 ans. A cette occasion, le bourgmestre Soudant évoque les bons rapports entre l'administration communale et la paroisse en précisant que de doyen Leleux s'était bien intégré à la vie associative leuzoise.  

img965.jpg

                Durant la messe d'adieu et de succession le 18 septembre 1988 à la collégiale de Leuze.

Pétri d'humilité et d'attention, il a marqué tous ceux qui l'ont côtoyé. Il souligna régulièrement "qu'être chrétien, c'est souvent ne pas faire comme tout le monde".

img732 (Copier).jpg

A l'occasion d'une procession à Huissignies, à la chapelle de la Vierge à l'Enfant du musée de la vie rurale

Après sa retraite, il continua à vivre à Leuze et s'occupa activement de la vie de la paroisse en assurant notamment la chronique "Du haut du clocher" sous le pseudonyme "Chanteclerc" dans l'hebdomadaire paroissial "Dimanche". Au travers de ses billets, il se plaisait à rattacher des faits qui touchaient de près la vie familiale et l'éducation des jeunes au but chrétien de l'existence.

img489.jpg

                   Il s'éteint le 15 février 1990 à la clinique de Leuze victime d'un second accident cardiaque.

                            img721.jpg

Il repose au cimetière de Huissignies dans la tombe de ses parents. 

(*) Joseph Léon Cardijn est le fondateur en 1925 de la jeunesse ouvrière chrétienne, la JOC. Nommé cardinal en 1965 par le pape Paul VI, il est l'un des principaux acteurs de l'engagement social de l'Eglise catholique romaine au début du XXème siècle. — Wikipédia  

Sources: Bibliothèque du séminaire de Tournai, Archives du cercle d'histoire de Leuze en Hainaut, Photos collection de la famille Labie, ferme du Moulin à Vent Huissignies.

Dans la colonne de droite, un album photo qui illustre la vie de Maurice Leleux. 

01/04/2017

Une cabale amoureuse "qui tourne au vinaigre"....

P1040843 (Copier).JPG

On peut lire dans l’écho de la Dendre du 13 septembre 1891….

Un crime a été commis dans la nuit de dimanche à lundi à Husseignies. Un jeune homme de Ladeuze du nom de Julien M…… , courtisait une jeune fille appelée Louisa B…….

Le père de cette dernière, âgé de 63 ans, était couché dimanche soir au rez de chaussée, lorsqu’il crut percevoir du bruit dans la chambre de Louisa : il se hata d’y monter et y découvrit sa fille en compagnie de M……

Que se passa-t-il, on ne sait. Toujours est-il qu’alors deux coups de révolver retentirent et le vieillard tomba baigné dans son sang. Une balle lui avait brisé l’extrémité d’un doigt, tandis qu’une autre pénétrait dans l’abdomen, perforant l’intestin. Tandis que le fils et la mère se précipitaient au secours de la victime, les deux coupables prirent la fuite et se réfugièrent dans les bois de Beloeil.

Vers  6 heures et demi du matin, des médecins arrivèrent et tentèrent d’extraire la balle, opération qui ne put réussir.

Le parquet de Mons immédiatement prévenu est arrivé à Husseignies par le train de 1 heure 37 après midi.

Lundi matin, les gendarmes de Basècles en tournée, aperçurent les deux coupables dans le bois de Beloeil.     

Ils voulurent les appréhender au corps, mais M…… à la vue des uniformes, braqua son révolver sur sa compagne en annonçant sa volonté de la tuer, puis de se tuer ensuite. La jeune fille détourna le coup et son compagnon se sauva.

Elle s’est laissé arrêter sans résistance : elle est gardée à vue chez elle, où son père mourant lui a pardonné.

Vingt gendarmes furent réquisitionné, par le juge d’instruction Dugniolle pour cerner et fouiller le bois avec les gendarmes d’Ath, Beloeil et Basècles. 

La victime B.......  est morte mardi matin.

L’auteur du crime, Julien M…… a été arrêté le même jour dans l’après-midi au moment où il cherchait à rentrer chez lui. Il a été dirigé vers la prison de Mons sous bonne escorte, par le train partant d’Husseignies à 4 heures. Louisa B……. a été laissée en liberté.

Le parquet de Mons a fait mercredi une nouvelle descente pour assister à l’autopsie de la victime. Celle-ci était le cousin germain du braconnier B……. tué à Stambruges en 1888 par un garde particulier et c’est son frère, qui le jour de l’enterrement du braconnier, pilla la maison du garde. On se rappelle l’affaire qui fit sensation. 

Dans l’Echo de la Dendre du 22 novembre 1891, on peut lire….

Le jury du Hainaut a eut à se prononcer sur le cas de Julien M……, maçon à Ladeuze, ayant été trouvé avec sa maîtresse Louisa B……. par le père de celle-ci, il fut assailli à coups de manche de fourche et il se défendit en tirant deux coups de révolver qui blessèrent son agresseur à la main et aux intestins. Le père B……. succomba deux jours après et M…… fut arrêté par les gendarmes dans le bois de Beloeil.

Le jury a acquitté M…… estimant qu’il s’était trouvé en état de légitime défense au moment où les coups de fourche pleuvaient sur lui.   

 

Sources: L'Echo de la Dendre (Archives de la ville d'Ath)