http://huissigniesretro.skynetblogs.be

28/01/2017

La guerre 14-18 (13): Que s'est-il passé en 1916 dans notre coin....?

A partir de début 1916, la majorité des communes disposeront d'un comité de secours. Ces derniers mettent d'abord en place une soupe populaire à destination des nombreux chômeurs; l'activité économique ayant fortement ralenti dans les mines, les usines, les carrières, les bonnetteries.. Dans certains villages, les comités de secours distribuent également des rations de farine.

Le 1er février 1916, c'est un bruit fracassant qui réveille les habitants de Mainvault. Le zeppelin LZ79 s'est écrasé sur une ferme.

Le 15 février, une rumeur mensongère se répand: les allemands réquisitionnent les porcs. Il n'en faut pas plus pour motiver la tuerie de porcs qu'on vend frauduleusement au qu'on entasse dans les saloirs.

Le 25 février, une escouade d'allemands fait visite dans les fermes pour relever des réserves de pailles, de foin, d'avoine. Le bétail est mis à la ration.

En ce mois des voleurs sévissent. Ils opèrent nuitamment enlevant lapins, poules, cochons et aussi du linge.

Le 1er avril, vers 8 heures du soir, on entend un grand bruit dans le ciel. On aperçoit dans la demi obscurité d'un ciel étoilé un "zeppelin". C'est comme un énorme cigare, il file à quelques centaines de mètres de hauteur, traversant le ciel du sud au nord ouest; il disparaît très vite. Le lendemain, à 5 heures du matin, même vacarme, même apparition.

Dans la 1ère partie de l'année, des borains en petites bandes, circulent de maison en maison, de ferme en ferme , quémandant des pommes de terre. Malgré la rareté du précieux tubercule, chacun donne ce qu'il peut. Plus tard, ils se verront forcés d'aller en Flandre. Ils repasseront, sac à dos et bien chargés. bien heureux s'ils arrivent à destination sans avoir été dépouillés par quelque gendarme.

Le 1er mai apporte une innovation: "l'heure d'été". Toutes les horloges doivent être avancées d'une heure. Motif: économie d'énergie. Les gens rechignent un peu, tardent mais ils finissent par se soumettre.

Le 5 mai, par l'effet d'un brusque changement de température, un fil télégraphique placé le long de la voie ferrée se rompt entre Ladeuze et Tongre-Notre-Dame. Ces 2 communes sont rendues responsables et punissables. Huissignies et Ormeignies sont englobées dans le châtiment. Ces 4 communes reçoivent l'ordre de faire la garde pendant 1 mois, jour et nuit, le long de la ligne. De plus, dans ces mêmes communes, la circulation est interdite après 7 heures du soir. La punition prend fin le 25 mai.

Nous entrons dans une période de vexations répétées...d'après la "Kommandatur", les déclarations d'avoine ne correspondent pas à la réalité. La présence de quelques grains d'avoine observée dans la nourriture des animaux devient pour le fermier l'occasion d'une forte amende.

Le rythme des réquisitions s'intensifie. Partout les allemands enlèvent les métaux, les laines, les matelas et les chevaux.

Malgré les nombreuses initiatives de solidarité mises en place, les restrictions alimentaires toujours plus importantes provoquent une hausse du maraudage. Les cultures font l'objet de vols fréquents à tel point que les autorités doivent engager du personnel afin de patrouiller dans les champs. 

Le 19 septembre, tous les chevaux doivent se trouver à 2 heures au trieu, des belles juments seront saisies. Le 8 novembre, nouvelle saisie de 8 chevaux à Aubechies.

A Beloeil, des repas scolaires sont distribués pour 250 enfants depuis le 1er octobre.

Notre région se trouve dans la zone d'organisation militaire allemande dite des "Etapes" cad zone tampon proche de front et administrée par les officiers militaires allemands présents sur place. Dans la zone dite d'étape, les restrictions de liberté sont plus importantes qu'ailleurs en Belgique. Le 1er octobre 1916, Wadelincourt devient frontière d'étape (cad à la limite de la zone dite d'étape et de la zone dite "du gouvernement général") et un poste de garde y est installé. Un officier allemand y résidera jusqu'à la fin de la guerre.

Les très jeunes enfants ne sont pas oubliés et sont aidés grâce à l'oeuvre de "la goutte de lait". Des comités se forment en vue de collecter le lait dans les fermes. Durant la guerre, les oeuvres de l'aide à l'enfance marcheront si bien qu'elles perdueront sous le nom d'"Oeuvre nationale de l'enfance", ancêtre de l'actuel "Office de la naissance et de l'enfance".

img476.jpg

Dans les 1ers jours de novembre, une rumeur parle de réquisition d'hommes...tout le monde vit dans l'anxiété.

Fin octobre 1916, les premières déportations de main d'oeuvre ouvrière commencent à Mons. Au total, 120.000 subiront ce sort, 2614 d'entre eux mourront en déportation. 

Le 22 novembre, tout le beurre est saisi pour le ravitaillement.

Le 10 décembre, l'éclairage fait défaut. Plus de carbure, plus d'essence. On s'éclaire avec la graisse du ravitaillement.

Le 31 décembre, durant toute la nuit, une pluie abondante tombe sans discontinuer. Le matin, la Hunelle déborde sur la rue de l'église et la rue des Hauts Arbres est envahie par 75 cm d'eau. 

img478.jpg

Sources: "L'histoire de Ladeuze" de l'abbé Demeuldre et "Beloeil à l'heure allemande 1914-1918" de Valentin Malfait.

Commentaires

merci pour cet intéressant article

Écrit par : francine | 29/01/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.