http://huissigniesretro.skynetblogs.be

26/11/2016

Louisa Delcourt, la centenaire de 1970...le 4 octobre 1970, c'est la fête au village!

P1040236.JPG

Louisa naquit le 1er octobre 1870 à Ladeuze à la rue du Hameau, elle était la fille d’Emerille et de Joséphine André.

Elle effectua ses écoles primaires à l’école des religieuses de Tongres-Notre-Dame; elle se plaisait à rappeler qu’elle s’y rendait en sabots.

Elle entama son adolescence en entrant en service à Chièvres, mais très vite ses parents la rappelèrent pour travailler à la ferme familiale. En même temps, elle effectuait des services à la ferme voisine où elle y travaillait pour 80 centimes (francs belges) la journée. Elle y effectuera toutes les tâches de la ferme de l’époque: par ex piquetter, tirer le lin, faire jusqu à 11 charretées de paille en une journée.

Elle se marie avec Oscar Baugnies (dit Eul Gris) le 3 mai 1905 et vient habiter à Huissignies au lieu dit « les coucous » à la rue des Hauts Doignons où les époux exploiteront une petite ferme.

Ils eurent 2 enfants, Léon qui épousa Simone Duquesne et Marcel qui épousa Solange Coupez et 1 petit-enfant Jean Baugnies.

Les Coucous.JPG

C'est au lieu-dit "Les Coucous", au fond de l'impasse de la rue des Hauts Doignons que vécut Louisa. 

 

      Une superbe fête est organisée par la commune de Huissignies le dimanche                                                    4 octobre 1970….

img196.jpg

Dès 9H30, un cortège se forme sur le Trieu avec la participation de la royale fanfare communale, des écoles et d’autres sociétés locales. Le cortège se dirige vers « les coucous » au domicile de la centenaire qui prend place dans une BMW conduite par Mr Depotter, garagiste de Vaudignies.

img197 (Copier).jpg

Cécile Assoignons, jeune majorette de la fanfare remet des fleurs à Louisa sa voisine

Le cortège se rend à l’église où un office est célébré par l’abbé Delire, curé honoraire de la paroisse et l’abbé Meerschaut, curé de l’époque. Au cours de la messe dans une église comble l’abbé Meerschaut rappelle les nombreux pélérinages que Louisa effectua dans sa vie et spécialement durant la guerre 14-18.

Après la messe, le cortège part vers les écoles remarquablement garnies où le conseil communal de Huissignies accueille la jubilaire. La fanfare et les majorettes exécutent de magnifiques parades sur le Trieu.

La bourgmestre de la commune Jeanne André au nom du conseil communal et de la population prend la parole : « Vous êtes ma chère Louisa la vedette de l’actualité, une belle centenaire qui a un cœur de 20 ans; et vous aimez tant raconter les anecdotes de votre bon vieux temps. Vous êtes une dure au caractère heureux; à l’âge de 82 ans vous disiez « je ne sais pas vieillir » et à l’âge de 95 ans avec ardeur et courage, vous guérissiez d’une cassure du col du fémur ».

Fête de la centenaire Louisa Delcourt 1970 - Copie.jpg

Louisa entourée de sa famille

La bourgmestre lui remet ensuite un magnifique fauteuil, des fleurs et une photocopie de son acte de naissance. Elle lit ensuite une lettre adressée par le roi Baudouin et la reine Fabiola qui s’associent à cette journée. Elle recevra des souverains une bonbonnière en argent. Louisa reçoit également des cadeaux du Crédit Communal, de l’association des commerçants et de la royale fanfare.

Un vin d’honneur est ensuite servi en son honneur.... y sont présents: le bourgmestre et ses échevins: Jacques Houx, échevin de l’instruction publique, René Fauquet échevin des travaux, Marcel Labie échevin des finances, ainsi que les conseillers communaux; Hector Labie, président des déportés, Albert Jaivenois président des anciens combattants, Maurice Gévas, président des LFNJF, Irma Houx présidente des commerçants et Jean Dulac, sénateur et bourgmestre de Beloeil.

L’après-midi, un festival de musique regroupant les fanfares de Huissignies, Ladeuze, Vaudignies et Chièvres se déroule à la Marcotte. A la fin de l’après-midi, la jubilaire remit au chef de chaque fanfare un fanion portant la mention: « Centenaire de Louisa Delcourt Huissignies 4 octobre 1970 ».

A 20 heures, des feux d’artifice furent tirés près du domicile de Louisa "aux Coucous" à la rue des Hauts d’Oignons .

La journée se terminera par un bal en la salle des fêtes du Trieu animé par un tout jeune orchestre local(*).

Louisa ouvrit même le bal avec son petit-fils Jean Baugnies sous les applaudissements nourris de la foule estimée à 800 personnes.

Louisa meurt le 10 mai 1973 à son domicile à l’âge de 102.5 ans....De mémoire d’archive, personne n’a jamais vécu aussi vieux à Huissignies.

Enterrement Louisa Delcourt 102 ans en 1972.jpg

L'ancien corbillard de Huissignies, descendant la rue des Hauts Doignons, emmène Louisa vers sa dernière demeure

(*) orchestre formé par les jeunes de la fanfare : Chantal et Francis Degouys, Jean Pierre et Michel Houx et Eddy Tilly.

Sources : « Courrier de l’Escaut » et « Nord Eclair » et avec l'aide de Suzanne Duquesne.

Les commentaires sont fermés.