http://huissigniesretro.skynetblogs.be

27/02/2016

Isidore Lefebvre, insoumis au régime autrichien en 1793....

La première occupation française (1792-1793)

Le 6 novembre 1792, l'armée française menée par Dumouriez bat l'armée autrichienne lors de la bataille de Jemappes. L'indépendance de la Belgique est déclarée le 8 novembre et les troupes autrichiennes quittent les provinces belges. Le 19 novembre, la Convention confirme sa doctrine de propagande et non d'annexion. Les Français sont accueillis en libérateurs.

Très vite, les français changent de doctrine et de vision lorsque Brissot, qui parlait encore le 21 novembre « d'une ceinture de républiques » autour de la France, exhorte le 26 devant la Convention de reculer « nos barrières jusqu'au Rhin ». L'annexion de la Belgique est réclamée par Danton le 31 janvier 1793 dans une déclaration à la Convention où il précise la doctrine des frontières naturelles de la France.

Les autichiens reviennent, les français repartent…..

En mars 1793, l'armée française est vaincue à Neerwinden: les Autrichiens réoccupent, avec l'assentiment du peuple belge, les "Etats belgiques" et replacent le prince-évêque de Liège sur son trône.

Les réquisitions et corvées....

De tout temps, nos ancêtres payèrent un lourd tribut aux occupations militaires.

Les exactions étaient nombreuses, les réquisitions se portaient tant sur les denrées alimen­taires, que sur les hommes, les chevaux attelés à des chariots, des bestiaux soit vivants ou abattus pour avoir de la viande fraîche pour le ravitaillement des troupes, mais aussi du pain et des céréales pour les chevaux des troupes: froment, avoine, seigle, paille. Les fermiers étaient en plus corvéables de missions de transport diverses suivant les charrois et animaux de trait qu'ils possédaient.

A Husseignies, Isidore Lefebvre se distingue par son insoumission aux autrichiens…il sera condamné….!

« Vu par l’office roial des villes et chatellenie d’Ath le rapport des maire et échevins des village d’husseignies du 7 7bre 1793, duquel il résulte qu’Isidore Lefebvre habitant du dit lieu, a fait refus de fournir à Ath le 15 du dit mois à cinq heures du matin un chariot attelé de deux chevaux pour transporter jusqu’à Valenciennes des caisses, tonneaux et harnais au régiment de Latour chevaux légers, ensuite de leur ordre lui intimé le 14 précédent par Philippe Saligot mayeur du dit Husseignies, conformément à l’ordonnance qu’ils avoient reçue de Monsieur le Chatelain au dit jour 14, tout considéré.

Le dit office, pour le dit défaut, a condamné le dit Isidore Lefebvre a être emprisonné, à quel effet, il sera appréhendé et conduit dans les prisons de cet office, en outre à paier tous frais occasionnés pour le chariot qui a du être fourni par son défaut, le condamnant au surplus aux frais et mises en justice, le tout conformément aux reglemans du 25 juin 1744 et 27 juillet 1793.

Ainsi prononcé à Ath le 21 septembre 1793.

Signé Tainteniez

Le soussigné Messier d’Husseignies certifie d’avoir dument semoncé le nommé Isidore Lefebvre à la fin reprise en cet acte. Husseignies le 17 7bre 1793.

Signent les échevins et mayeur de Husseignies : Philippe Saligot, Philippe Staumont, François Joseph Picron, Luc Fontaine, Jacques-François Denis, Pierre-André Dath et Joseph Coulon. »

(Archives de la ville d'Ath)

Isidore Lefebvre dit "Mayeur Sidore" (1746-1831)

Originaire d'Ormeignies, époux de Marie-Françoise Massy, il était cultivateur à la rue Ludger Lapoulle (Rue des Bas Trieux à l'époque), et était le principal locataire foncier du Duc d'Arenberg.

Isidore Lefebvre fut maire de la commune de 1806 à fin 1812.

Il est un ancêtre en ligne directe à Bruno Lefebvre, actuel bourgmestre député de la commune de Chièvres.

Nous ne savons pas si Isidore exécuta sa peine car peu de temps après, les français reviendront et la Belgique sera française jusqu'en 1815. 

Les documents originaux....

Isid Lefebvre Insoumis 1.JPG

Isid Lefebvre Insoumis 2.JPG

Le Comte Baillet de Latour.

Feld-Maréchal Latour 2.jpg

Feld-Maréchal au service de l'Autriche, il naquit en Belgique d'une famille noble luxembourgeoise d'origine de France. Il gravit rapidement les échelons hiérarchiques militaires malgré la jalousie des généraux autrichiens. Il continua à servir remarquablement son souverain et il se distingua en 1793 dans la guerre que la coalition menait à la France. L'armée autrichienne avait repoussé l'armée française au delà de Valenciennes, c'est au cours du siège de cette ville qu'Isidore Lefebvre fut sollicité à exécuter une corvée à destination du régiment de Latour.

 

Les commentaires sont fermés.