http://huissigniesretro.skynetblogs.be

21/11/2015

Archives de la mairie du village d’Husseignies sous la république française: Déclaration de grossesse et enfantement....

 Extrait de l'état civil 

Marie-Angélique C….. jeune fille âgée de 22 ans de résidence au dit Husseignies, fille de Pierre-Joseph C…..et de Albertine H…., de même résidence, après avoir prêté serment, l’importance duquel lui ayant été donné à connoître, a déclaré, que le citoyen Hector M….., fils de Jacques et Marie-Joseph ……lui a fait diverses visites en qualité de galand, lequel l’a si bien cajolé sous diverses promesses de mariage de sorte qu’il a eu plusieurs acointances charnelles avec elle, de quoi elle déclare qu’elle se trouve enceinte du dit Hector M….., de sept mois environ, sans qu’autres que lui l’aie jamais connue charnellement.

Après lecture, la dite Marie-Angélique a persisté et signé de sa marque ayant déclaré ne savoir écrire.

Fait à Husseignies, le cinq du mois de brumaire, an dix de la république française (*).

Ainsi reçu et accepté par le soussigné Isidore Lefebvre, maire de la commune d’Husseignies, le jour, mois et an ci-dessus.

 

Le trois du mois de nivose l’an dix (**) de la république française, le maire d’Husseignies étant requis de la part de Marie-Angélique C…..pour faire la réitération de son serment, le maire étant là en présence du citoyen Théodore Massart chirurgien accoucheur, la dite Marie-Angélique C….. se trouvant dans les plus grands et pressants mals de son accouchement et enfantement, a déclaré et fait serment en présence du dit maire et chirurgien accoucheur, que l’enfant qu’elle espèroit de mettre au monde étoit des œuvres du citoyen Hector M….. comme elle l’avoit déclaré dans le procès-verbal ci-dessus en date du cinq brumaire an dix, fait à Husseignies en date, mois et an ci-dessus.

 (*) = 26 octobre 1812

(**) = 23 décembre 1812

 

…Finalement naîtra à 10 heures du soir, Hector-Noël C….., « sans adoption de père » ainsi déclaré.

 

Par crainte des infanticides, les mères portant des fruits illégitimes étaient tenues de faire la déclaration de leur grossesse devant la justice ou les autorités.

Etait auditionnée en premier lieu la femme enceinte. Si cela lui était possible, elle devait donner le nom de l'homme qui l'avait mise enceinte. Il pouvait être ainsi interrogé et la justice pouvait connaître ses intentions à l'égard de cette naissance.

Cette déclaration était bien souvent consécutive à des évènements tels que la fuite ou l’abandon du séducteur, une rupture ou encore les fiançailles ou mariage de celui-ci avec une autre. .

On ne rencontre pas fréquemment dans les archives ce genre de déclaration.

 

Les commentaires sont fermés.