http://huissigniesretro.skynetblogs.be

19/09/2015

Archives communales: Extraits du régistre des correspondances de 1833 à 1839

 Régistre des correspondances de la commune d'Husseignies de 1833 à 1839 

 (Bourgmestre: Domitien Gosselin, Secrétaire: Abraham Paul)

 

11 août 1833 : En réponse à une circulaire du 31 juillet relative aux mesures à prendre pour parvenir à faire disparaître toutes les causes d’insalubrité et les appréhensions pour la santé publique. « Nous avons l’honneur de vous informer Monsieur le Gouverneur que pendant le courant de cette année, nous avons fait blanchir les maisons au lait de chaux aux frais du bureau de bienfaisance et des visites réitérées ont été faites par messieurs les membres de la sous commission sanitaire et ont reconnu que le tout avait été assaini d’une manière convenable et conforme à la circulaire de Monsieur le Gouverneur du 18 février 1832. » 

14 octobre 1833 : « A propos de la lutte contre l’incendie : Nous avons un règlement approuvé par le collège des états députés en date du 4 juin 1823 pour lequel il est enjoint aux habitants mâles de cette commune et notamment à ceux de 18 à 60 ans lorsqu’un incendie se déclare, ils doivent apporter de chez eux tous les objets propres et nécessaires à l’extinction du feu ». 

9 octobre 1935 : Le bourgmestre informe le gouverneur que l’anniversaire des journées de septembre 1830 a été célébré à Huissignies par les jeux de balle et de cartes dont les prix consistaient en mouchoirs que l’administration a donné à cette fin et que les fêtes ont été célébrées avec pompe et enthousisasme. 

25 mars 1836 : « Nous avons l’honneur de vous informer monsieur le Gouverneur, que d’après la délimitation cadastrale, il a été réuni à la commune d’Husseignies un hameau nommé Canteleux qui faisait partie de la commune de Ladeuze avant la dite délimitation et dont sa population est de 42 habitants et nous vous informons en outre, qu’il n’existe point d’autre hameau dans la commune d’Husseignies et ce dit hameau est situé à un quart de lieue de la place de Husseignies. 

11 juillet 1836 :J’ai l’honneur de vous informer monsieur le Gouverneur qu’il n’existe qu’une école primaire dans cette commune et elle est permanente, on y enseigne la doctrine chrétienne, la lecture, l’écriture en 5 genres, la grammaire française, l’analyse grammaticale, l’analyse logique, la syntaxe française, la numération, les 4 règles sur les nombres fractionnaires, l’évaluation des fractions, l’application des fractions au calcul des nombres complexes, l’histoire sainte, l’histoire de la Belgique, la géographie astronomique-naturelle et politique de l’Europe, de la Belgique et du Hainaut, la tenue des livres des comptes. On y admet les enfants dès l’âge de 5 ans, l’étude dure 2 heures et demi par chaque demi jour. Dans ce temps, l’école peut être fréquentée par 25 garçons et 10 filles. 

18 juillet 1836 : Adressé à Monsieur le Gouverneur : L’administration d’Husseignies ayant besoin d’une copie de l’instruction ministérielle relative à la nouvelle délimitation cadastrale afin de connaître aux habitants de la commune de Ladeuze dont les propriétés se trouvent enclavées dans la nôtre, les obligations qui les incombe sous le rapport de la cotisation personnelle à partir de 1836.

18 septembre 1836 : Par arrêté royal, Léopold 1er Roi des belges autorise d’établir un péage sur les chemins empierrés existant à Husseignies. La commune est autorisée à percevoir pour un terme de 6 ans un droit de péage suivant les tarifs et les conditions ci-après…. 

Résumé  des 9 articles relatifs à ces péages:  

Pour chaque paire de roues de toute voiture quelconque (3 roues comptant pour 2 paires) : 2 centimes. Pour chaque cheval, mulet, bœuf, vache ou âne attelé : 2 centimes. Le produit du péage sera affecté exclusivement à l’entretien et amélioration des chemins pavés et empierrés et à leur prolongement ainsi qu’à la construction de nouvelles communications. Trois bureaux seront installés (Risqu’à tout, Aubette et Limite Ladeuze à la Rue de la Corne) et le droit ne sera dû qu’une fois. Un compte exact et détaillé du produit et dépenses effectuées sera tenu par l’autorité locale et transmis annuellement à la députation …etc etc… 

27 décembre 1836 : J’ai l’honneur de vous informer Monsieur le Commissaire qu’il n’a seulement pas été employé un hectare de betteraves sucrières dans cette commune mais que l’on ne récolte que des betteraves propres à la nourriture des bestiaux.

 

Les commentaires sont fermés.