http://huissigniesretro.skynetblogs.be

11/04/2015

La seigneurie principale de Huissignies

Au Xème siècle, l’établissement du régime féodal morcela nos provinces en une infinité de juridictions seigneuriales distinctes. 

Aux temps de la féodalité, c’est la SEIGNEURIE principale qui demeura pendant des siècles l’organe essentiel de l’autorité locale. 

Un principe invariable sera: pas de village, pas de communauté rurale sans seigneur. Un village sans seigneur eut été une agglomération sans justice, ni police et sans protection.

 Chaque village obéira à un seigneur, soit laïc soit écclésiasistique.

 Une localité même d’importance minime pouvait compter plusieurs seigneuries, soit foncières et justicières à la fois, soit simplement foncières, soit uniquement justicières.  

Au point de vue administratif, Huissignies faisait partie de la châtellenie d’Ath.

Le châtelain y administrait la justice, la haute police, intervenait dans toutes les questions où les intérêts du comte du Hainaut étaient en jeu.

Châtellenie d'Ath.jpg

 On ne connait qu’imparfaitement la série des premiers seigneurs de Huissignies.

 L’Abbé Petit dans son histoire de Ladeuze mentionne la présence le 23 juin 1090 des seigneurs de Husseignies, Ladeuze et Beloeil qui à la tête de leurs hommes, faisaient partie de l’armée de 14.000 hommes qui délivra Philippe 1er roi de France cerné par les flamands. L’histoire ne nous transmet pas les noms de ces seigneurs.

  •  Arnould de Husseignies, fils d’un autre Arnould est cité comme chevalier dans les actes (*) de 1196-1197. Il avait pour frère Bauduin, clerc, et pour sœur Oda de Husseignies. Sa femme Oda aussi lui donna 2 fils: Godefroid, clerc et Nicolas, Chevalier.
  • La seigneurie entra au XIIIème siècle dans la famille des Trazegnies. Par le mariage d’Agnès, fille unique de Gilles, sire de Trazegnies avec Eustache du Roeulx, elle passa dans la famille du Roeulx.

  • Thierry du Roeulx, fils d’Eustache est mentionné sire de Husseignies de 1290 à 1295

  • On trouve de 1305 à 1311, en qualité de sire de Husseignies Nicolas de Barbençon, seigneur de Villers et conseiller de Baudouin V.

  • On signale aussi Thierry de Villers, chevalier, seigneur de Husseignies et châtelain d’Ath en 1362. 

  •  En 1410, la demoiselle de Villers, fille de feu Thierri de Villers, chanoinesse de Maubeuge, qui avait tenu le fief de Husseignies, étant morte, sa succession était revendiquée par le seigneur de Fagnolles et Alexandrine de Barbençon, dame d’Aveluy. 
  • En 1459, Isabelle d’Enghien avait acquis le domaine d’Husseignies.

  • En 1475, le domaine de Husseignies appartenait à Jean de Luxembourg, seigneur de Fiennes et de Sotteghem.

  • La fille de Jean, Jacqueline l’apporta en mariage à Charles, baron de Lalaing. On cite ensuite comme seigneurs d’Husseignies : Charles II de Lalaing, Bailly du Hainaut (mort en 1558); Philippe Comte de Lalaing (1515-1582).

  • Marguerite de Lalaing (1574-1650) fille de Philippe épouse Florent Comte de Berlaymont(1550-1626). Leur fille Isabelle-Claire de Berlaymont (1602-1630) prit alliance avec Philippe Prince d’Arenberg, duc d’Aerschot et de Croy (1587-1640).

03Philippe_Charles d'Arenberg (Copier).jpg

 Philippe d'Arenberg

Les d’Arenberg resteront seigneurs de Husseignies jusqu’à la révolution française et resteront même propriétaires jusqu’à environ 1875.

 ProsperLodewijk d'Arenberg.jpg

Prosper Louis d'Arenberg (1785-1861), le dernier d'Arenberg propriétaire à Husseignies

Au-delà de la maison-forte (Ch Malaise), les d’Arenberg étaient propriétaires de 214 ha de terrains (sur les 600 du village), du moulin à eau, des waréchais, des viviers et de la ferme Delestray. 

Il est très peu probable que l’un de ces seigneurs ait un jour élu domicile à Husseignies.

 (*) Charte du comte Baudouin au sujet de l'acquisition d'une partie des bois de Huissignies (1196).

 "...Arnold de Huncenies souvent nommé a assigné en aumône à l'église de Cambron les parties qu'il possédait dans l'alleu du bois susdit avec l'accord de son épouse Oda et de ses deux fils à savoir Godefroid, clerc, et Nicolas, soldat sous le témoignage de plusieurs de mes fidèles....

" Cartarium de Roseria -  Archives de la ville d'Ath / Texte traduit du latin par André Havaux de Moulbaix"