http://huissigniesretro.skynetblogs.be

01/05/2015

La Maison-Forte ou Bastionnet de Huissignies (1)

 

Bastionnet.jpg

La féodalité

Définition : Régime politique et social qui a régné en Occident du XIème au XIIIème siècle.

Il comprend 3 éléments différents :

  • Il s’agit d’un système de dépendances personnelles doublées d’une hiérarchie de droits sur une même terre qui se concrétise par l’engagement du vassal vis-à-vis de son seigneur (par l’hommage et le serment de fidélité) et la concession de fiefs par l’investiture.

  • C’est un système de gouvernement où le fractionnement est extrême. Par héritage ou usurpation, les puissants détiennent des pouvoirs plus ou moins étendus sur des plus humbles.

  • La féodalité est aussi un « genre de vie ». Les seigneurs engagés dans ces liens vassaliques sont des propriétaires terriens, des guerriers professionnels et les plus importants d’entre eux vivent dans des châteaux. Il s’agit d’un groupe social à la mentalité caractérisée.

La hiérarchisation des seigneurs s’effectue en fonction du degré de puissance et de patrimoine, les plus importants possèdant plusieurs châteaux.

Du comte au simple châtelain, chacun participe à son niveau à l’exercice de la justice et de la protection militaire, tirant sa puissance de la domination foncière et du pouvoir de commandement qui lui était conféré (droit de ban).

numérisation0001.jpg

Contexte régional

Bien qu’il y avait un encadrement de l’aristocratie militaire, celui-ci était faible et inégal selon les régions ou la distance sociale entre seigneur et vassal. Ces hommes de guerre étaient particulièrement turbulents et la violence était omniprésente durant la 1ère partie de l’âge féodal cad au XIème et XII éme siècle.

Baudouin IV.jpg

Baudouin IV , comte du Hainaut, dit le « Bâtisseur » (1121-1171) ou « l’Edifieur » et ensuite Baudoiun V, mènent une politique systématique de fortification sous la pression conjuguée de 2 facteurs de relations de pouvoir :

  • À l’intérieur : le besoin de dompter des vassaux récalcitrants.

  • A l’extérieur : la nécessité de se protéger des voisins ambitieux (France, Flandres ou Brabant)

Vers 1160, il achète une partie de la terre d’Ath à Gilles de Trazegnies qui y avait quelques propriétés. Il y construit un donjon carré, la Tour de Burbant afin de protéger le nord de son comté.

 

tour Burbant 2.jpg

 En s’installant à cet endroit, le comte du Hainaut avait un double but :

  • verrouiller à la tête de la vallée de la Dendre, une frontière ouverte, perpétuellement menacée par son rival flamand;
  • surveiller et soumettre à l’autorité comtale les puissantes familles nobles installées sur Avesnes, Chièvres, Silly, Trazegnies, La Hamaide, qui voulaient maintenir leur liberté d’action.

La période qui s’étend de 1150 à 1200 a vu se dérouler une vaste campagne d’implantations castrales commencées au Quesnoy dans le nord de la France. Dans la région, on relève le château de Beloeil, la tour de Burbant à Ath, la tour de Bétissart (Ormeignies), la maison-forte d'Irchonwelz et le bastionnet de Huissignies.

 Irchonwelz_Maison_forte 2.JPG

La maison-forte d'Irchonwelz

« C’était un homme, à ce qu’on rapporte d’une si grande puissance qu’il avait sous son autorité autant de châteaux que de jours dans l’année » disait Ghislebert de Mons à propos de Baudoiun V, fils et successeur de Baudoiun IV.

Au moyens de châteaux, les comtes du Hainaut veulent baliser un territoire étendu, contrôler une féodalité omniprésente, encadrer une population en essor.

Datation de la "maison-forte" de Huissignies

Des personnages portant le nom du village sont attestés sporadiquement vers 1136 puis vers 1196, mais on ne peut pas faire de lien entre la maison-forte et des documents historiques précis.

Dès la fin du Xème siècle, ceux qui en ont les moyens optent pour le donjon de pierre quadrangulaire à 2 ou 3 étages. A vocation surtout défensive, leurs murs sont épais, les fenêtres petites et rares. La porte d’entrée, étroite et placée à quelques mètres du sol, n’est accessible que par une échelle ou un pont mobile s’appuyant sur le sommet du rempart.  

Selon René Sansen, grand passionné du passé de la région d’Ath, la construction de la maison-forte de Huissignies remonterait du XIIème mais cette datation ne repose sur auncun argument souligne Michel de Waha de l’université libre de Bruxelles qui s’est penché sur l’historique également. Selon ce dernier, la construction daterait plutôt du XIIIème siècle selon la morphologie globale du bâtiment et selon l’argumentation détaillée suivante :

  • La grandeur et le nombre des ouvertures.

  • La position de la porte au rez-de-chaussée.

  • Le système de herse.

  • Les angles du bâtiment.

  • Le nombre des fenêtres du donjon et leur niveau trop bas.

Suite sur la Maison-Forte à la prochaine rubrique.....

Les commentaires sont fermés.