http://huissigniesretro.skynetblogs.be

31/01/2015

Egide Decourty, ancien bourgmestre

 Egide Decourty (Copier) - Copie (2).jpg

Photos issues de la Collection de la famille Decourty 

Edige DECOURTY, fils de Céline DURANT et de Procope DECOURTY, est né à Husseignies le 21 juillet 1868.

 numérisation0015 (Copier) - Copie.jpg

 La famille de Procope Decourty (Debout Egide; Au second rang assis: Amandine Fontaine avec sur les genoux Léon , Céline et Procope; Au 1er rang: Louis et Joseph (flou)

 Doté d’une intelligence vive, il accomplit ses humanités gréco-latines au Petit-Séminaire de Bonne-Espérance mais celles-ci sont interrompues à la mort de sa mère le 18 avril 1887 alors qu’il achevait son avant-dernière année. Il rejoint son père à la ferme familiale sise Rue du Monceau (aujourd'hui Rue Melsens, en face du musée) dans laquelle il y travaillera toute sa vie.

 Il épouse Amandine FONTAINE de Huissignies qui lui donne 6 enfants: Céline, Joseph, Louis, Marie, Louise et Léon qui meurt à l'âge de 4 ans. 

Déjà attiré par la vie politique, il se présente aux élections communales de 1899 et devient conseiller communal. Suite au décès du bourgmestre Dath Hypolite , le 26 août 1900, il est nommé par le Roi Léopold II bourgmestre de Husseignies à l'âge de 32 ans.  

Le collège de Bonne-Espérance  lui a donné le goût à la culture, il crée le « Cercle Saint-Joseph » au sein duquel il guide les jeunes gens amateurs d'art dramatique. 

Egide Decourty Mayeur (Copier).jpg

Il crée avec le curé Lechien la caisse de retraite « La Prévoyance » qui comptera plus de 500 membres dix ans plus tard.

Le syndicat agricole « Saint-Eloi qui centralise l’achat de graines et d’engrais et dont il est le co-fondateur fonctionnera également très bien.

En 1907, en collaboration avec le vétérinaire Ernest Bernard et le curé Lemaître, il crée le syndicat d’élevage bovin qui comptera de nombreux adhérents tant à Huissignies et que dans les villages voisins.

1925 concours agricole huissignies Jules Dath (Copier).jpg

 Concours agricole en 1925 

Dès 1900, il étoffera l’enseignement primaire à Huissignies et à partir de 1906, il rétablit une école d’adultes et en 1933, une école gardienne.

Il instaure également des cycles de conférence et des cours d’agronomie à destination des cultivateurs.

Il restera bourgmestre jusque 1914; période à laquelle il « dut se résoudre » à laisser la place à son colistier Emile Lelong et dont il restera « le bras droit ».

A partir de 1927, il reprend les rennes du mayorat, succédant à Camille Duquesne.

En 1938, à la tête d’une forte liste, il gagne les élections et redevient bourgmestre en 1939 succédant de nouveau à Camille Duquesne.

numérisation0015 (Copier).jpg

Ce mandat sera interrompu pendant 3 ans durant la guerre mais il redevint bourgmestre effectif à la libération jusqu'à son décès inopiné le 18 septembre 1945.

Si on comptabilise son service à la population de Husseignies, on totalise 45 ans: 13 ans de conseiller communal, 9 ans d’échevin et 23 ans à la tête de la commune.

Vital Nopenaire sera son successeur à la tête de la commune. 

Mr Frankinet, commissaire de l'arrondissement d'Ath, soulignera dans son éloge funèbre la personnalité attachante et les qualités humaines exceptionnelles d'Egide: sa volonté, son honnêteté, son sens de la décision intransigeante mais mûrement réfléchie, sa rectitude de pensée, son désintéressement au service de son village, une aptitude peu commune à élever sa propre pensée.    

Egide Bourgm (Copier).jpg

  

Mariage Louis Decourty (Copier).jpg

 Mariage dans la famille d'Egide Decourty

Egide en bas à gauche au côté de son épouse Amandine Fontaine. Au centre de la photo les mariés, Louis Decourty (fils d'Egide) et Fernande Derumier. Les enfants assis sont André Magloire et Désirée André .

 Egide et ensuite ses enfants porteront le surnom "Procope", prénom du  père et du grand-père. On parlera aussi communément "deul Céss Procope " située en face du musée. 

Souv Pieux Egide (Copier).jpg

 Descendants d'Egide Decourty:

  • Petits-enfants:

Anne-Marie Dath, épouse Marius Duquesne. (Huissignies)

Andrée Decourty, Vve Lefebvre Camille (Ellignies-Ste-Anne)

Marie-Louise Dath , Vve Gilbert Debruxelles (Vaudignies)

Marie-Rose Dath, épouse Brotcorne Michel (Vaulx)

Anne-Marie Laporte, Vve Bériot Joseph (Neufmaison)

Léon Decourty, époux Marcelle Decouttere

Arrière petits-enfants:

Thérèse, Christiane, Annie et Viviane Bernard et leurs enfants

Françoise et Dominique Picart et leurs enfants

Michel et Edith Duquesne et leurs enfants

Marie-Josée, Ginette et Brigitte Dath et leurs enfants 

Monique, Nicole et Pierre Duquesne et leurs enfants 

Annie, Maryse et Michèle André et leurs enfants

Marie-Line et Jean-Luc Brotcorne et leurs enfants

Lise Debay et Marie-Josée Debay et leurs enfants

Luc, Lucie et Pascale Decourty et leurs enfants

Frans, Josée, André, Jean, Christian, Christa Carton et leurs enfants

Annie, Daniel, Christelle Lefebvre et leurs enfants

Pierre, Yves, Philippe, Luc Decourty et leurs enfants

Martine et Eric Decourty et leurs enfants

Françoise Decourty et leurs enfants

Françoise et Philippe Debruxelles et leurs enfants

 P1000092 - Copie (Copier).JPG

17/01/2015

Jeanne André, la dernière bourgmestre de Huissignies....

 Jeanne André 1973 (Copier).jpg

Jeanne est née à Huissignies le 28 mai 1920.

Après ses études primaires dans son village, elle entame des études normales pour décrocher un régendat.

Le diplôme en poche, elle travaille pendant 6 ans aux services des postes avant de devenir en 1949, économe à l’athénée Marguerite Bervoets à Mons.

C’est à partir de cette année-là qu’elle se lance dans la politique au niveau local d’abord, provincial ensuite, au sein du parti socialiste et de ses organisations.

Bourgmestre de Huissignies de 1964 à 1976....

Elue conseillère communale en 1958 à Huissignies, elle en devient bourgmestre en 1964 succèdant à Jaivenois Albert et gardera son mandat jusqu’en 1976, année des fusions de communes.

"Hochniotte" jusqu'au bout des ongles, elle formera pendant toutes ces années un tandem fort avec le premier échevin PSC Marcel Labie....aussi "hochniot" qu'elle, il faut le dire. Ils seront tous deux à la base du rachat et de la création de "La Marcotte".

Ce tandem se distinguera par une grande collaboration teintée de respect au service sans relâche de la population de Huissignes. Jeanne gardera de cette époque un souvenir impérissable et en cultivera une certaine nostalgie.

Conseillère provinciale et bourgmestre de l'entité de Chièvres de 1982 à 1994...

numérisation0001 (2).jpg

De 1974 à 1977, elle est élue conseillère provinciale et son mandat sera renouvelé aux élections de 1981.

Durant cette période précédent les fusions des communes, elle se distingue au même titre que le bourgmestre de Tournai en raliant un comité "anti-fusion des communes".

De 1977 à 1982, elle occupe sur les rangs de l’opposition les fonctions de conseillère communale dans l’entité chièvroise.

Aux élections d’octobre 1982, elle figure tête de liste PS; son parti remporte la majorité et est élue avec 755 voix de préférence. Elle est nommée bourgmestre de Chièvres par arrêté royal de mi-décembre 1982 et conservera son mandat une seconde fois aux élections de 1988.

Elle quittera la scène politique en 1994, un peu amêre, aux prises avec des dissensions au sein de son parti. Elle totalisera 36 ans de vie politique communale dont 24 en qualité de bourgmestre et laissera la fonction à Jean-Pierre Dauby qui devient ainsi son successeur à la tête de la ville de Chièvres.

Son crédo: "Il faut dé-fu-sion-ner!"

 numérisation0007 (2).jpg

Jeanne jette un regard critique....

Jeanne a toujours jetté un regard sceptique sur la fusion des communes qu'elle comparait à une "déshumanisation de la politique communale ". En outre, elle aurait préféré que Huissignies soit rattaché à Beloeil plutôt qu'à Chièvres à cause notamment au manque de communication entre les 2 communes. "On a perdu la souplesse des villages pour verser dans la bureaucratie alors que le principe de l'administration est le service public à la disposition de la population " ajoutait-elle fin 1994 dans une interview accordée au journal "Nord Eclair".

Lors de cet entretien elle évoque avec mélancolie le manque de candidats motivés à la politique communale, elle pense aussi que "les grosses villes ont mangé les moyens des petites communes ", elle continue en déplorant le manque de femmes bourgmestres...et enfin, elle termine par son crédo :"La solution serait de défusionner...sinon on en reviendra à la féodalité...etc etc...!"       

Le souvenir qu'elle laisse....

Ceux qui l’ont côtoyé soulignent son charisme et ses qualités  de gestionnaire, sa disponibilité pour ses administrés et sa grande capacité de travail et de dévouement à la cause publique. Son franc-parler et son dédain pour le "politiquement correct", sa simplicité et son amour pour les chats étaient autant légendaires et en faisaient un peu sa "marque de fabrique ".

Champions juniors 1965 Ent Ath - Copie.jpg

 Jeanne aimait particulièrement la balle pelote; la voici en grande supportrice de son équipe junior de Huissignies en 1966.

Jeanne décèdera le 11 février 2007 dans sa 87ème année, elle est enterrée au cimetière de Huissignies.

 

Les prix de commune vers 1980 (Copier).jpg

Jeanne avec le comité des "Prix de Communes" dans les années 80.

En bas, de g à dr: Jacques Duquesne, Marcel Geenens, Gilbert Strebelle, Marcel Marginet.

Debout à côté de Jeanne: Michel Baugnies