http://huissigniesretro.skynetblogs.be

28/02/2015

La Hunelle, notre rivière, pas très tranquille....

On la trouve nommée dans les archives: la Lonnelle, La Lunel, La Lunelle comme sur le Plan Popp de 1850. Le nom de Hunelle est ancien et d’étymologie difficile à préciser; il possède comme radical « öna » qui en celtique signifie "eau" et "elle" marquant un diminutif. (Histoire de Ladeuze de l’Abbé Demeudre 1924).

Hunelle signifierait donc : petit cours d’eau.  

Elle prend sa source aux Ecacheries plus précisément à « la Fontaine Claire », s’enrichit de nombreuses sources, fontaines et ruisseaux (dont le "Grand Fossé qui prend sa source à Quevaucamps) en traversant le bois de Beloeil et s’étale ensuite dans les bassins du parc du château.

P1030115 (Copier).JPG

A sa sortie du château, à la rue de la Hunelle, la chute dite du « Gouffard » faisait tourner la roue du « tordoir » et aussi celles des anciens moulins à eau de Beloeil (Moulins Deridder et Dath). 

La Hunelle s’enrichit ensuite des eaux du « Rieu Notre-Baie » qui vient au travers du petit Canteleux de la commune d’Ellignies-Sainte-Anne.  

Quittant Beloeil, la Hunelle décrit d'abord quelques méandres avant de longer l’ancienne Tannerie. 

P1010231 (Copier).JPG

Au 13ème siècle, l’Abbaye de Vicogne (Près de Valenciennes), propriétaire d’une partie de Huissignies, décide de faire construire un moulin à eau sur la Hunelle. Afin de  créer un débit suffisant pour actionner la roue force hydraulique, ils modifient le cours d’eau à partir de sa sortie de Beloeil en supprimant toutes les méandres sur environ 1.5 Km

 P1010261 (Copier).JPG

 Parcours rectiligne de la Hunelle derrière les Ets Lambert, œuvre de l'Abbaye de Vicogne.

Depuis la démarcation cadastrale de 1837, la Hunelle sépare les territoires de Ladeuze et de Huissignies. La rive droite de la Hunelle se trouve sur Ladeuze, la rive gauche sur Huissignies.

Grossie par les eaux du Barbechin et du Fossé Piquet, au niveau du pont de la rue des Hauts Arbres, elle reprend ses méandres naturels au travers de la « Couture des prés » entre l'ancienne gare de Huissignies et les Ets Delbart à Ladeuze. 

Autrefois quand le site était encore accessible, les enfants allaient pêcher dans les méandres "des Prés" qui portaient des noms étranges: le "trou de l'orage", le "trou de l'enfer"...! 

P1000746 (Copier) (Copier).JPG

En outre, de nombreux saules têtards tortueux et caverneux, déchirés par les vents, aux aspects dignes d'un décor d'halloween, bordent le cours d'eau en y plongeant leurs racines avides d'humidité.

P1000767 (Copier) (2).JPG

Cet espace est une véritable réserve naturelle, sorte de no man's land très difficile d'accès, sans aucun doute l'endroit le plus sauvage et le plus méconnu du village car le moins fréquenté.  

P1000762 (Copier) (2).JPG

Nous sommes à l'endroit des lieux-dit "Les Prés" et les "Frais Près".....

P1000749 (Copier).JPG

Deux cours d’eau viennent grossir les eaux de la Hunelle sur le territoire de Huissignies : le Barbechin qui prend sa source derrière les Ets Lambert, le Fossé Piquet prenant ses sources aux lieux-dit "La Cannanelette" et dans le bas de "l'Enfer".

La Hunelle finira par se jetter dans la Dendre orientale à Maffle.

 La Hunelle et ses immuables problèmes à Huissignies....

Au delà de tous ces aspects bucoliques, depuis la nuit des temps, la Hunelle n'en finit pas de "faire des siennes" sur le territoire de Huissignies, aidée dans ses espiègleries entr'autre par une gestion solitaire des vannes du domaine princier de Beloeil ne tenant pas compte des conséquences sur l'environnement en aval. On parle bien sûr des nombreuses inondations qui s'y sont déjà produites aux périodes de fortes pluies.

Pour connaître les tenants et aboutissants de ces inondations, je vous invite à prendre connaissance du travail de lobbying que je mène depuis plus d'un an; un travail qui a pour objectif ultime: "Zéro inondation à Huissignies"...

Cliquer sur le lien suivant...et bonne lecture:

La Hunelle et ses immuables problèmes Mars 2016.pdf

 

Commentaires

Bonjour Jean Noël,

J'apprécie toujours ton récit et davantage encore celui relatif à la Hunelle.
J'avais toujours pensé que la source était le "Grand fossé" situé dans le bois communal de Quevaucamps avec une source à la limite de Quevaucamps et d'Ellignies-Ste-Anne. Ce ruisseau traverse le bois communal du Nord au sud, puis s'incurve à travers le bois de Beloeil pour arriver aux abords de l'Orangerie, longeant le parc au Nord et débouchant ensuite à la sortie du parc vers le Tournebride.
Est-ce que je me trompe ? Mais sans doute peut-on aussi considérer la source à la "Fontaine Claire".
Bien à toi,
Gilbert

Écrit par : PICRON Gilbert | 28/02/2015

Répondre à ce commentaire

Bonjour Gilbert,
D'abord merci pour ton commentaire. Une rivière, un fleuve n'a rarement qu'une source. Les écrits techniques relatent que la Hunelle tient sa source en la Fontaine Claire mais en effet le Grand Fossé qui vient de Queuvaucamps et rejoint la Hunelle dans le bois pourrait en être une autre...débat de spécialiste en hydrologie....!? Bien à toi...JN

Écrit par : Gosselin Jean-Noël | 28/02/2015

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

a la fin de la guerre, j habitais rue du moulin à Beloeil
puis quelques mois à la rue des Hauts arbres à Ladeuze,près de
la gare de Huissignies,
J ai pataugé dans la Hunelle qui longeait notre jardin et avec
les"copains" nous y allions à la pêche,
votre article et les commentaires font remonter des souvenirs qui
ont presque 3/4 de siècle!!!!

Francine BOUTRY

Écrit par : FRANCINE BOUTRY | 28/02/2015

Répondre à ce commentaire

votre commentaire me touche beaucoup étant la petite-fille des meuniers (Dath) de la rue du moulin (renommée rue de la Hunelle). merci.

Écrit par : Dath Claudine | 28/02/2015

Répondre à ce commentaire

Réponse au commentaire de Gilbert PICRON.
Cher Gilbert, je crois que Jean-Noël a raison quant à la source de la Hunelle. Venant des Écacheries, elle longe la rue des Anglais à Favarcq (Beloeil) et reçoit "le Grand Fossé" à un endroit appelé "Pont Jeanne d'Arc". A cet endroit elle prend un virage de 90° à droite et longe l'arrière des habitations de la rue de Favarcq jusqu'à la rue du Major où elle se sépare en deux pour ceinturer le château de Beloeil.

Écrit par : Michel WARNIEZ | 01/03/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.