http://huissigniesretro.skynetblogs.be

14/02/2015

Domitien Gosselin, bourgmestre de 1813 à 1849

P1000152 (Copier).JPG

Le berceau de la famille Gosselin-Delestray

Domitien naquit le 29 juillet 1784 au 154, Grand Trieu (aujourd'hui rue des Huées, le gîte du Ruiclot); il était le fils d’Augustin Gosselin (1735-1798), agriculteur et homme de fief (*) et de Marie-Claire Delestray (1750-1816), fille de Jacques Delestray et Marie-Joseph Duquesne tous deux de Huissignies. 

(*) Les hommes de fief étaient nommés par le seigneur et chargés d'effectuer des actes à caractère notarial sur un plan local. 

Il épousa en 1ère noce Catherine-Désirée Stampe, en seconde noce Marie-Thérèse Stampe et en 3ème noce Rosalie Manfroy de Stambruges. Il connut le malheur d'être 3 fois veufs.

Il sera choisi par le préfet du département de Jemappes pour exercer le rôle de bourgmestre en 1813 alors qu’il n’avait que 28 ans, fonction qu’il occupera jusque sa mort survenue le 1ier juin 1849, et pour laquelle il avait de nouveau été sollicité en 1848 pour un bail de 6 ans. Il succède à Isidore Lefebvre (dit Mayeur Sidore) au 1er janvier 1813.

numérisation0002 - Copie.jpg

Vers 1825, Domitien fonde sa ferme-brasserie au "Grand chemin de Mons à Blicquy", aujourd’hui rue de l’église; la brasserie prit rapidement de l’extension. 

Brasserie Domitien Gosselin 3.JPG

 La ferme-brasserie de Domitien Gosselin (aujourd'hui propriété de la famille Brotcorne-Dath)

Outre son dynamisme entrepreneurial, il marqua de sa grande personnalité, de son dévouement et de son altruisme la vie de Huissignies durant la première partie du 19ème siècle.

Il entreprit dans un premier temps, en 1825 sans grande ressource financière la construction de la 1ère école de Huissignies avec logement pour l’instituteur.

En 1829, il anticipe la modernisation de la voie vicinale qui relie Beloeil à Ath en entreprenant le premier dans la région le pavage du tronçon de Huissignies et Ladeuze. Il conçoit et réalise cet ouvrage d'envergure dans un premier temps en avançant à la commune ses propres deniers.

L’hommage que lui rendit la population de Huissignies et de Ladeuze après sa réélection d'octobre 1848 résume à suffisance l'ampleur de son travail....

Voici le discours (dans le style de l'époque) que prononça le secrétaire communal Paul Abraham lors de la cérémonie d'hommage du 23 octobre 1848....

« Monsieur le bourgmestre,

Permettez nous de venir au nom des habitants de Husseignies et de Ladeuze, vous présenter l’hommage de notre reconnaissance et de notre gratitude. Votre longue carrière administrative, votre dévouement à la chose publique, votre générosité, votre bienseillance à l’égard de tous, votre bienfaisance à l’égard des pauvres ont initié dans nos âmes un sentiment d’enthousiasme dont il ne nous est plus permis de comprimer l’élan.

Aujourd’hui, alors que vos vertus civiques reçoivent partout des marques publiques d’estime et d’honneur, qu’il nous soit permis à nous enfin de venir manifester notre reconnaissance à l’homme de bien, à l’administrateur infatigable et désintéressé qui dans une commune pour ainsi dire sans ressources a produit des résultats immenses. En effet jetant un regard rétrospectif sur le passé, nous y voyons qu’il y a trente ans, la commune d’Husseignies avait des chemins impraticables en tous lieux; tant qu’aujourd’hui, tous les chemins voire même jusqu’aux sentiers se trouvent empierrés de manière à rendre facile la circulation des chevaux, voitures en toute saison; nous y voyons que c’est Monsieur Gosselin, bourgmestre de Husseignies, qui le premier a conçu et nourri le vaste projet d’empierrer tous les chemins de la commune, qui dans l’espace de trente ans a donné un grand exemple de persévérance et de parachever une œuvre dont on ne comprenait pas la possibilité en le voyant poser la première pierre. Ainsi que d’activité a-t-il du déployer, que de sacrifices a-t-il du faire pour achever son entreprise, que de philanthropie et de désintéressement a-t-il du montrer, toujours le premier et le dernier dans les prestations.

Il a su par son exemple fomenter et soutenir le zèle de ses administrés dont il avait besoin pour atteindre son noble but, nous y voyons l’impulsion qu’il a donnée à la voirie vicinale dans les communes voisines ; on y fait des empierrements partout: Ladeuze, Tongre et Beloeil se ralient à Husseignies; il en résulte une communication facile d’Ath à Beloeil, et de là aux différents charbonnages, avantage immense pour l’agriculture, le commerce, la prospérité de la population de toute les localités, qu’il n’était guère permis d’espèrer en présence de l’immensité des travaux et des ressources immenses que l’on devait pour y parvenir.

Là ne se sont pas bornés les soucis de l’honorable bourgmestre d’Husseignies, en même temps qu’il travaillait avec les plus beaux succès à la voirie vicinale, il n’oubliait pas de remplir le plus sacré du devoir, sa sollicitude vraiment paternelle veillait sur l’instruction publique et une salle d’école communale avec logement pour l’instituteur s’élevait dans la commune, où les indigents vont puiser gratuitement les connaissances et l’instruction que l’on sait être les plus grands moyens de les sortir de la misère.

Aujourd’hui, Monsieur le bourgmestre, que grâce à Dieu, à votre persévérance, à l’impulsion que vous avez donnée, à votre zèle infatigable, nous jouissons de tous les bienfaits, que nous en sentons toute la valeur, tant pour nous que pour nos descendants, permettez nous de venir vous offrir un bien faible gage de notre gratitude, daignez l’accepter avec bienveillance, puisse–t-il vous être agréable.

C’est une simple médaille que nous venons vous présenter, elle porte d’un côté la devise suivante : « Voirie vicinale, l’hommage de reconnaissance éternelle «  et sur le revers : » Les habitants de Ladeuze et d’Husseignies  reconnaissants à Monsieur Gosselin bourgmestre » que la main de l’artiste vient de tracer sur le métal, tandis que depuis longtemps elle est gravée dans nos cœurs au caractère ineffaçable, daignez donc l’accepter et croire en même temps que le jour où nous vous l’offrons est pour nous une véritable fête, un des plus beaux jours de notre vie! Honneur à Mr Gosselin, bourgmestre d’Husseignies. Hommage de reconnaissance éternelle! Faisant  des vœux bien sincères pour que le ciel lui conserve des jours si précieux pour nous, qu’il vive longtemps heureux du bonheur dont il nous a comblés. » (Archives communales de Huissignies)

La médaille a été présentée à Domitien par les habitants de Ladeuze et de Husseignies le 23 octobre 1848.

Il fut réélu en octobre 1848 à la majorité absolue....nombre de votants: 68...!

A sa mort, Casimir Fouquemberg,1er échevin lui succéda à la tête de la commune. 

Domitien Gosselin Nov 1848 2 (Copier) - Copie.JPG

Echo de la Dendre Novembre 1848

Domitien offrit à l'église Saint-Martin de Huissignies une cloche de 500 Kgs nommée « Marie-Thérèse », cloche qui sera enlevée par les allemands en 1943.

Cloche offerte par Domitien Gosselin en 1827 (Copier) (Copier).jpg

La cloche de l'église offerte par Domitien sur le quai d'embarquement à la gare de Tournai en destination de l'Allemagne 

 

Descendance de Domitien...

De ses mariages naquirent: Stanislas en 1829 du deuxième lit avec Marie-Thérèse Stampe, cette dernière  mourut à l’accouchement. Du troisième lit avec Rosalie Manfroy, naquit Marie-claire en 1836; Rosalie mourut en 1837.

A la mort de Domitien, Stanislas continuera l’activité agricole et brassicole mais il mourut en 1867 à l'âge de 38 ans sans succession.

 Récoltes Domitien Gosselin Vente (Copier).JPG

Echo de la Dendre 18 juin 1849 

Sa fille Marie-Claire...

Née à Huissignies, le 22 mars  1836. 

Admise à la profession de religieuse le 25 mai 1859 sous le nom de Sœur Marie-Sophie, elle rentre dans la congrégation des Soeurs de St François de Sales de Leuze. 

De Leuze où elle enseignait avec succès, elle fut appelée à la fondation de l’hospice pour les vieillards et de l’école pour les jeunes filles de Thumaide. Elle y fondera aussi l’école gardienne et l’école des filles. (Gorlia, L'histoire de Thmaide)

Appelée au Supériorat Général des Sœurs Salésiennes en 1881 (elle devint la 15ème Sr Sup Gén jusqu’en 1888), son activité s’étendit dans tous les domaines et pour répondre aux nécessités des temps, et aux ordonnances de Rome, elle fit modifier les constitutions cannoniques avec l’approbation de Mgr Durousseaux évêque de Tournai. 

En 1883, elle put éteindre la dette que la communauté avait dû contracter pour le rachat de la Maison des sœurs de St François mise sous séquestre durant la période française. 

« Un mal implacable la priva de sa belle intelligence et la réduisit à l’inaction ». (Archives des sœurs salésiennes)

 Elle décédera au couvent de Thumaide le 4 mars 1895.

Elle est enterrée dans le carré des soeurs de l'ancien cimetière autour de l'église de Thumaide. Faire-Part Sr Sophie (Copier).jpg

Parentés de Domitien...

Domitien avait 8 frères et soeurs:

  • Stanislas: Aïeul de Nicole et Annie Gosselin et de Jean-Noël Gosselin; mais aussi d'autres ne portant pas le patronyme de Gosselin comme Jeanine Lefebvre, Docteur Marc Debraekeleer, Famille Coulon: les enfants de Raymond, Béatrice, Thérèsa et Bernadette. Stanislas épousa Catherine Ghiste, soeur du curé de Huissignies (de 1830 à 1863) Antoine Ghiste, originaires de Gondregnies.
  • Monique qui épousa Auguste Trufin, aïeuls de la famille Trufin de Huissignies,  de Jacques Duquesne (décédé), et d'autres dans les familles Meurant,Duquesne,Dupont....Généalogie non complètée. 
  • Nathalie épouse de Isidore Joseph Bastien, charron de Huissignies. Parents entr'autre de l'abbé Christian Bastien, curé d'Hastières-Lavaux, décédé à Huissignies en 1883. Descendance dans les familles Fouquemberg et Jouret. Généalogie non complètée.
  • François, agriculteur époux de Catherine Marquebreucq originaire de Deux-Acren. Descendance non identifiée.
  • Sophie épouse de Mathieu Saudoyez de Ville-Pommeroeul et dont nous ne connaissons pas la descendance. 
  • Athanase, agriculteur qui épousa Marie-Claire Fontaine de Huissignies. Descendance non identifiée.
  • Romaine qui épousa François Duquesne de Huissignes, agriculteur. Généalogie non complètée. 
  • Marie-Agathe qui épousa François-Joseph Capelle sabotier. Descendance non connue.

 

Les commentaires sont fermés.