http://huissigniesretro.skynetblogs.be

29/11/2014

La guerre 14-18 (9) / Les jeunes hochniots dans l'enfer des combats / Georges Fauvaux

numérisation0026 (Copier) - Copie.jpg

Photos Collection famille Fauvaux

Georges Fauvaux , né à Callenelle en 1884, instituteur de Huissignies en 1914, faisait partie de ces brancardiers de 14-18 qui étaient essentiellement réservistes « dispensés du service en temps de paix ».

numérisation0024 (Copier) - Copie.jpg

 Georges en haut à droite lors de sa mobilisation en août 1914 à Lierre.

Séminaristes, prêtres ou instituteurs, ils furent mobilisés pour constituer l'effectif des colonnes d'ambulances. 

Ambulance.jpg

 Mais les brancardiers n'ont pas que des tâches d'assistance médicale . Parce qu'ils sont souvent très scolarisés, ils rendent d'éminents services à leurs compagnons d'infortune dont beaucoup sont illettrés. 

Les mois du cantonnement étaient longs; le service même des tranchées n'exigeait pas une égale tension dans tous les secteurs; la lecture était, pour beaucoup, le meilleur passe-temps. Mais il fallait des livres. Les brancardiers aidèrent les aumôniers à créer de nombreuses bibliothèques.

numérisation0001 (Copier).jpg

 La salle de lecture dans un barraquement à Wulpen près de Furnes.

Plus encore que les livres, les journaux faisaient la joie des soldats. Les brancardiers prenaient les abonnements et se chargeaient de la distribution. Chaque jour, et parfois au péril de leur vie, ils allaient jusqu'aux avant-postes porter aux sentinelles la feuille impatiemment désirée.

Les hôpitaux permanents du front et les ambulances

Wulpen Recto.jpg

 Georges dans son tablier blanc de soignant à l'hôpital permanent de Wulpen près de Furnes en 1915

L'abandon d'Anvers, le retrait sur l'Yzer eurent comme conséquence que tous les blessés du front devaient être traités d'abord dans des hôpitaux permanents à proximité du front avant d'être évacués vers la région côtière.  

 Wulpen 1916.jpg

Dès novembre 1914, grâce à l'initiative du Dr Depage, la Croix Rouge installa à La Panne "l'hôpital de l'Océan" qui contint plus de 800 lits. Ensuite, un autre à Adinkerke dans la Villa Cabour près duquel s'agglomèrèrent de nombreux baraquements. A Vinckem, on installa également un hôtpital de 1500 lits.

numérisation0011 (Copier).jpg

 Le Roi Albert 1er à gauche (...et le général Jacques?) le long de la digue à La Panne (Photo prise par Georges Fauvaux)

L'hôpital militaire belge de Calais

En 1915 furent créés à Calais et dans la banlieue une série d'établissements qui constituèrent la base sanitaire. Au début 1916, 18 hôpitaux et ambulances étaient en activité dans cette ville.

numérisation0021 (Copier).jpg

Georges,2ème à partir de la gauche aux côtés de 2 militaires français du 43ème Régiment d'Infanterie Coloniale et de militaires anglais en 1916 à Calais.

L'hôpital militaire belge de Calais, appelé aussi de la porte de Gravelines ou encore du Petit Courgain fut édifié en 1915. De 36 baraques, il passa à 54 pavillons soit 1.500 lits. C'était un très gros hôpital médico-chirurgical qui hospitalisa 25.000 hommes de 1916 à 1918.

numérisation0006 (Copier).jpg

Georges à gauche en compagnie d'un aumônier (en col blanc sous la veste), d'un autre brancardier et d'un médecin.

Les piquets de 2ème ligne..photos prises par Georges Fauvaux à Oostkerke près de Dixmude...

numérisation0014 (Copier).jpg

Une zone de piquet de 2ème et 3ème ligne à Oostkerke en 1916

Un roulement s’instaure entre les jours passés en première ligne (3-4 jours), le piquet en deuxième ligne (3-4 jours) et le repos dans un cantonnement à l’arrière (aussi 3-4 jours). Ce repos est rythmé de travaux divers, de manoeuvres et d’inspections. Mais il permet aussi aux soldats de se distraire, de se laver, d’ajouter un supplément à leurs rations, de visiter des amis. 

numérisation0015 (Copier).jpg

 Le nombre de jours se distribue différemment suivant l’époque, le secteur selon qu’il est calme ou agité, l’imminence de combats ou non. Les soldats déménagent constamment, avec tout leur barda, sans jamais rien laisser derrière eux, puisque d’autres occupent la place libérée. Tous les trois à six mois, les soldats bénéficient d’un grand congé, de deux à quatre semaines.

Mr Fauvaux 1919.jpg

    Georges Fauvaux avec ses classes de l'école communale de Huissignies en 1919 arborant un panneau de gratitude envers la ville de Sparta aux Etats-Unis qui a fourni pendant la guerre des vêtements aux enfants des écoles du village.

numérisation0055.jpg

 
Georges épousa Célina (dite Adèle) Massart de Huissignies avec qui il eut 5 
enfants: Emile, Julienne, Nathalie, Georges et Jean-Marie (Jurbise) et 4 petits-
enfants: Victor (décédé) et Marie-Ange (Australie), Georges (Huissignies) et
Véronique (Jurbise) .
Il habitait au N° 35 de la rue de l'église.
Il fut un instituteur remarquable qui marqua de nombreuses générations d'enfants 
du village de
1895 à 1945.
 
Il décèdera le 13 juillet 1958, il est enterré au cimetière de Huissignies.

 numérisation0001 (Copier) (2).jpg

 

Les commentaires sont fermés.