http://huissigniesretro.skynetblogs.be

18/10/2014

La guerre 14-18 (6) /Des jeunes hochniots dans l'enfer des combats/ In Memoriam Ludger Lapoulle

Il y a 100 ans, le 26 octobre 1914.... Ludger Lapoulle perdait la vie à Ramscapelle au cours d'une des plus célèbres batailles de l'Yzer ....

 Ludger Lapoulle 1 (Copier).jpg

Ludger Lapoulle naquit à Huissignies, à la rue des Bas-Trieux le 12 septembre 1891 de l'union de Charles Lapoulle, vitrier et Coulon Marie Hermence.

P1000398.JPG

C'est au fond de la rue des Bas Trieux que Ludger naquit et passa son enfance

Il entra en service militaire le 1er octobre 1912 au 5ème régiment de Ligne, 2ème Division Armée. Démobilisé en 1913, il fut rappelé le 1er août 1914. 

Le 5ème régiment de ligne tenait garnison en 1914 à Anvers; à la mobilisation d’août il se dédoubla et forma avec le 25ème de ligne la 5ème brigade mixte qui, avec les 6ème et 7ème constitua la 2ème division d’armée.

Le 5ème de ligne participa en août et septembre 1914 aux sanglantes sorties d’Anvers.

Le 12 septembre à Molen, hameau de Rotselaer-lez-Louvain, il subit des pertes énormes tant en officiers, qu’en gradés et soldats. 

Dès le 16 octobre, l’armée belge s’installe le long de l’Yser afin de faire front à la Quatrième armée allemande. La défense s’avère laborieuse, malgré les renforts venus de France.

Le 20 octobre, le 5eme de Ligne est dans la tête de pont de Lombarsijde. Il va résister 13 heures aux assauts allemands.

Le régiment se déplace ensuite vers le village de Ramskappelle qui se situe près de Nieuport, sur la ligne de chemin de fer reliant Nieuport à Dixmude. 

Ludger Lapoulle 2 (Copier).jpg

Le 25 octobre, les Allemands marquent un temps d’arrêt dans leur poussée.
L’armée belge est épuisée, ses canons sont inutilisables après leur emploi intensif et les munitions manquent. Les troupes françaises de la 42ème Division d’infanterie renforcent les Belges qui décident d’inonder la plaine entre Dixmude et Nieuport.
La ligne surélevée de chemin de fer est renforcée par le génie belge de manière à en constituer une digue étanche.

Le 26 octobre, alors que l’eau envahit les parties basses, les Allemands lancent une attaque sur la voie ferrée. Ordre est donné aux troupes françaises et belges de résister

 numérisation0056 (Copier).jpg

Georges Capron, camarade de régiment de Ludger raconte:

"Le secteur de Ramscapelle était défendu par les soldats belges et français. Nous étions situés derrière le lieu-dit "La Ferme Violette".

C'est durant le bombardement du 26 octobre qu'un obus tombant dans un cratère existant dans lequel se dissimulait Ludger le tuant sur le coup.

Deux français subirent le même sort. Etant situé dans l'entonnoir voisin, j'en rechappa par miracle!"

Ludger ne repose pas au cimetière de Huissignies, son corps n'ayant pu être identifié. Néanmoins, sa mère Hermence Coulon fit ériger une tombe factice qui perpétue sa mémoire. Sa rue, la rue des Bas-Trieux lui sera dédiée et deviendra "Rue Ludger Lapoulle"

 

Ludger Lapoulle Tombe (Copier) (Copier).JPG

 

04/10/2014

La guerre 14-18 (5)/Des jeunes hochniots dans l'enfer des combats/In Memoriam Marcel Bernard

Il y a 100 ans, le 5 octobre 1914.... Marcel Bernard perdait la vie sous les feux de l'artillerie allemande à Kontich dans l'éprouvante défense d'Anvers.

01 Marcel Bernard 1906 (Copier).jpg

Photos collection de la famille Bernard

Marcel Bernard vit le jour à Huissignies le 28 novembre 1889. Il naquit de l'union d'Ernest Léopold, médecin-vétérinaire et de Coulon Elmyre. Il a 3 frère et soeurs: Jeanne, Ernest et Louise. 

photos anciennes Lucien0012 (Copier) - Copie.jpg

Les enfants de la famille Bernard-Coulon vers 1895: Jeanne, Ernest, Louise et Marcel. 

Après ses études secondaires, il fera de brillantes études universitaires à l'université de Gand d'où il sortira en 1910 avec le diplôme d'ingénieur des ponts et chaussées. Au cours de cet épisode en 1909, il entretiendra avec sa famille un courrier intense dans lequel il dépeint avec beaucoup d'humour et de verve la vie de l'étudiant de son époque, aux prises avec les vicissitudes de son temps: les puces, les maladies, épidémies et leurs pénibles remèdes, la froidure dans son "quartier" (= kot), la solitude de l'éloignement de la famille, la scarlatine et son long séjour à l'hôpital de Gand. De ce courrier précieusement conservé par la famille, Christiane Bernard en constitua un recueil.

Marcel Bernard 1 (Copier).jpg

Après son service militaire qu'il effectua au 2ème Régiment de Ligne à Gand en 1910, il entamera sa vie professionnelle à Charleroi comme "Conducteur Ponts et Chaussées".  

Marcel Bernard et son unité (Copier).jpg

Marcel Bernard (2ème debout de gauche à droite) avec son unité au camp de Beverloo lors de son service militaire en 1910 

Le 1er août 1914 à la mobilisation, il sera rappelé au 2ème régiment de Ligne, 1ère Division Armée.

Dans un premier temps, le 2ème de Ligne participe à la défense de Liège et ensuite il prit position derrière la rivière la Gette dans la région de Tirlemont.  

Le 18 août 1914, le régiment qui avait tenu des tranchées construites à Vissenaken reçoit le baptême du feu en protégeant le repli de l'armée venant de Liège et subit de sérieuses pertes.

Au sein de la 2ème brigade, ils participent le 25 août à la première sortie d'Anvers et se distinguent aux combats de Sempst et de Weerde.  

Planche 6 (Copier).jpg

Le 11 septembre, les 2ème et 22ème de ligne attaquaient à travers les bois de Schiplaeken, le front allemand entre la Senne et le canal de Louvain, mais ne purent entamer la forte position allemande de Campelaer, Wippendries et Elewyt. 

Les deux régiments, au début d’octobre, tenaient la rive sud de la Nèthe entre Rumpst et Duffel.

Le 5 octobre, l'artillerie allemande bombarde le secteur, un obus s'abat sur le 2ème de Ligne touchant plusieurs soldats dont Marcel Bernard. Il succombera à ses blessures.

Anvers tombera ensuite aux mains des allemands et l'armée se retrancha dans le secteur de l'yzer où elle entama avec les alliés la guerre des tranchées. 

La dépouille de Marcel sera inhumée définitivement au cimetière de Huissignies le dimanche 25 septembre 1921 à 15 heures.

P1020272.JPG

P1020271.JPG

"L'Echo de la Dendre" du dimanche 25 septembre 1921 

La population lui rendit un vibrant hommage et témoigna sa sympathie à la famille Bernard.

Une rue de Huissignies, la piedsente de l'église, lui sera dédiée.

Marcel bernard 2 (Copier).jpg

Parentés de Marcel Bernard:

Neveux: Lucien Bernard, ses frères Marcel et Jean aujourd'hui décédés.

Petits neveux: Les enfants de Lucien et Marcel Bernard: Line, Eric, Thérèse, Christiane, Viviane, Annie et leurs enfants respectifs. 

Les enfants de la famille Marcel Lefrancq (habitent Baudour, Mons, Paris, Bruxelles).

 

Marcel bernard Carte postale 1 (Copier).jpg

Correspondance de Marcel datée le 24 août 1910 de son camp militaire de Beverloo.