http://huissigniesretro.skynetblogs.be

05/09/2014

La guerre 14-18 (3) / Des jeunes hochniots dans l'enfer des combats / Edgard Gosselin

Edgard Gosselin 3.JPG

Photos Collection Nicole et Annie Gosselin

Edgard Gosselin naquit à Huissignies le 14 août 1892 de l'union d'Augustin Gosselin et de Sylvia Marginet. 

  En 1912, il est appelé en service au 21ème régiment de Ligne.

 

Edgard Gosselin Ceinturon (Copier).JPG

A la mobilisation d’août 1914, le 1er de ligne qui tenait garnison à Gand se dédoubla et forma avec le 21ème régiment de ligne, la première brigade mixte. 

Celle-ci fut dirigée dès le début de la campagne sur la position défensive de la rivière "La Gette" dans la région de Tirlemont. 

Edgard Gosselin et son unité (Copier).jpg

Edgard 1er à gauche avec ses copains du 21ème de Ligne 

Après le repli sous Anvers, les deux régiments participèrent aux sorties effectuées par l’armée de campagne, ils se distinguèrent les 25 et 26 août sur la rive ouest du canal de Willebroek et les 10 et 11 septembre sur le front Humbeek-den-Heuvel-Eversem. 

Après la retraite d’Anvers sur l’Yser, le 21ème de ligne fut dissous et intégré au 1er de Ligne. Ce dernier participa à la bataille du 17 au 31 octobre 1914 et un de ses bataillons fut décimé lors de la chute de Dixmude le 10 novembre 1914. 

numérisation0004 (Copier).jpg

Le régiment continua à participer à la « garde sacrée » et occupa les différents secteurs du front. 

Le 21ème de Ligne reconstitué fin décembre 1916, reforma brigade avec le 1er de ligne au sein de la 5ème division d’infanterie avec le 2ème chasseurs à pied. 

Lors de l’offensive libératrice déclenchée le 28 septembre 1918, la 5ème division d’infanterie tient le front de Nieuport à Pervyse, puis enlève les positions allemandes de la rive sud de l’Yser, notamment les fermes Terstille et Violette.

Le 16 octobre, les 1er et 21ème de ligne quittent leurs secteurs et progressent victorieusement à l’aile gauche de l’armée belge, atteignant le front Ostende-Oudenburg. 

Edgard Gosselin à l'yzer (Copier).jpg

Dans les tranchées de l'Yzer 

Le 18, les deux régiments marchent par Maldegem vers le canal de dérivation de la Lys, que le 21ème de ligne aborde au nord, au pont de Celie, tandis que le 1er de ligne est arrêté devant Balgerhoeck. 

Jusqu’au 2 novembre, les lignards livreront de sanglants combats pour franchir le canal, puis, toujours à l’aile gauche, progresseront le long de la frontière belgo-hollandaise, jusqu’au canal de Gand-Terneuzen où ils terminent la guerre. 

Edgard Gosselin dans les tranchées de l'Yzer (Copier).jpg

L'image que tous retiennent des tranchées est celle du début de la guerre, une simple tranchée de terre à peine aménagée, faite dans l'urgence de la situation.

Au fil des mois, elles seront aménagées pour le "confort" (c'est un grand mot!) et la sécurité du soldat. Pour la résistance au bombardement, des abris sont aménagés, comme pour les radios, les postes de commandement,..etc. Ces nouveautés n'enlèvent rien à la dureté des combats et aux mauvaises conditions de vie de ces braves types qui peuplaient nos lignes. Donc les soldats exerçant un métier compatible avec ces aménagements étaient embauchés: maçon, menuisier, charpentier... mais il n'abandonnaient pas le fusil pour autant. (Chr. Philipart)

Le 1er et le 21ème de Ligne avaient obtenu les citations : "Anvers – Yser – Dixmude – Celiebrug  et Balgerhoeck". 

Gosselin Edgard médaille Recto (Copier).JPGGosselin Edgard Médaille Verso (Copier).JPG

 

 

 Edgard est titulaire de la "Carte du Feu"qui a pour thème la défense belge à l'Yzer et aussi de la "Croix de Guerre".

La "Carte du Feu" a été créée en 1932 pour être attribuée aux belges qui ont accompli au moins 12 mois dans une unité au contact de l'ennemi.

La "Croix de Guerre" était décernée pour des actes de bravoure ou autre vertu militaire sur les champs de bataille de la 1ère guerre mondiale.

Edgard Gosselin Hommage de la patrie (Copier).JPG

Hommage de la patrie reconnaissante

Edgard était l'aîné d'une famille de 4 enfants: Germaine, Richard (mon grand-père paternel) et Maurice. Il épousera Léona Broquet avec qui il eut un fils Paul et puis 2 petites filles: Annie et Nicole. Il travaillait dans le secteur de la construction. Il décèdera en 1942 d'un arrêt cardiaque; il est enterré au cimetière de Huissignies. 

 numérisation0002.jpg

  

Commentaires

Encore une belle évocation d'une période tragique, illustrée de splendides reproductions. Il faudra me donner la recette.
Amicalement,
Gilbert

Écrit par : PICRON Gilbert | 05/09/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.