http://huissigniesretro.skynetblogs.be

19/04/2014

Une belle page de l’histoire de la balle pelote à Huissignies….

 Racontée par Jean-Marie Ghislain….

Tout commence à la cour de récréation de l’école communale de Huissignies à la fin des années 50…

A l’époque pas d’I-phone, ni de tablette; on ne communique pas via facebook, ni via twitter…mais on joue aux billes dans la terre battue, on tape dans un vieux ballon en caoutchouc et sur des balles pelote dès le retour des premiers jours du printemps. Il y avait toujours bien un gamin qui avait reçu quelques francs pour acheter une balle dite « collège ».... "au boutique « Louis Titine ». (Chez Marilou aujourd'hui)

Chaque jeudi après-midi, demi-jour de congé scolaire hebdomadaire à la fin des années 50: grand rendez-vous sur le Trieu....On tape sur la balle comme on peut, luttes interminables, cris stridents, disputes incessantes, bagarres de potache, une atmosphère de « guerre des boutons » mais une vraie belle camaraderie de campagne.

Les « ainés » viennent s’entraîner le soir et nous sommes tous alignés sur le muret longeant l’école, nous attendons "sagement"(?) que l’un d’entre nous soit choisi pour complèter les équipes de nos ainés.

numérisation0004.jpg

L'équipe des "aînés" en 1958 qui a gagné la coupe de l'entente d'Ath sur l'esplanade  (Comme joueurs on y reconnait Debout: Jean-Claude Delcourt, Michel Brotcorne, Willy Coulon; Accroupis: Marius Duquesne, Robert Grandsart et l'arbitre. Autres personnes sur la photo: à gauche le Président de l'entente d'Ath, les supporters: André Mary dit André l'Maflou, Max Guns, Jules Renard dit "Jules Tollo" , André Durant et Armand Duquesne.

Dans les « ainés », il y a ceux de la « Division 1 »: Claude Houx, Marius Duquesne, Michel Brotcorne …….et il y a aussi ceux qui jouent dans l’équipe « Juniors » : Daniel Delzandre, Willy Coulon, Guy Duquesne, Etienne Couvreur, Jean-Claude Delcourt…..tous sont en quelque sorte nos idoles et ils nous font rêver.

En 1962, le comité décide enfin de faire jouer ces gamins acharnés par la balle pelote et qui ont envie de compétition.

Une équipe de cracs se forme....

Une éqipe de « Cadets » se forme et est crée sous la houlette d'un comité formé de Jacques Houx (dit Eul clonne), Emile Davister (Eul Tareu), Edouard Quittelier le Président (dit Eul Boss). Forment l’équipe: Lucien Liétard, André Dessoignies, Jean Aupaix, Daniel Delcourt et Jean-Marie Ghislain…et cette équipe marche du tonnerre. Pour notre 1ère année, nous terminons 2ème de l’entente d’Ath battus par l’excellente équipe de Tongre-Notre-Dame.

Cadets 1963.jpg

L'équipe fanion de 1963: Jean Aupaix, Pierre Derotteleur, Jean-Marie Ghislain, Daniel Delcourt et André Dessoignies

1963, début de la véritable épopée des gamins...

Nous sommes renforcés par Pierre Derotteleur de Ghislenghien (qui hélas décèdera dans un tragique accident de voiture en 1968). Nous terminons champions de l’entente d’Ath et commence véritablement l’engouement de la population.

 Champions ent Ath 1963 à Isières.jpg

L'équipe championne de l'entente d'Ath cadets 1963 

Des cars de supporters se forment, nous voilà engagés dans les étapes éliminatoires du championnat de Belgique; nous les franchissons toutes mais hélas nous échouons dans la grande finale du championnat de Belgique des cadets face à l'équipe de Lodelinsart.

En 1964, 1ère année de juniors, nous terminons second de l’entente d’Ath derrière la même excellente équipe de Tongre-Notre-Dame.

 

juniors 1964 gagnent le GP de l'ent rég d'Ath.jpg

L'équipe de Huissignies accroupie: André Dessoignies, Pierre Derotteleur, Jean-Marie Ghislain, Georges André et Daniel Delcourt. 

En 1965, le comité met les petits plats dans les grands en transférant Georges Soyez de Chapelles-à-Wattines qui jouera d’ailleurs plus tard dans l’équipe de division 1 Nationale de son village.

Nous jouissons des conseils d’un coach unique en la personne d'Emile Davister, papa d’Augustin, qui prend les bonnes décisions sportives et fait taire les donneurs de conseils autour du ballodrome. Son épouse Maria nous dope avec ses caramels qu’elle distribue généreusement. 

Nous voilà champions de l’entente d’Ath juniors…l’engouement de la population monte encore d’un cran et la fanfare participe à la fête.

 

Champions juniors 1965 Ent Ath.jpg

L'équipe championne de l'entente d'Ath juniors en 1965 avec le comité et ses supporters parmi lesquels la bourgmestre Jeanne André.

Nous franchissons toutes les éliminatoires du championnat de Belgique et une fois de plus, nous nous retrouvons confrontés en finale du championnat de Belgique juniors en septembre 1965 contre la même équipe de Lodelinsart dans une joute aller-retour...deuxième fois hélas, nous échouons et nous rentrons avec le titre néanmoins envié de vice-champion de Belgique.Déçu!!

Pour cette lutte, plus de 600 personnes ceinturaient le ballodrome du Trieu à Huissignies…du jamais vu dans le village !!

Juniors 1965 à Lodelinsart.jpg

L'équipe finaliste du championnat de Belgique des juniors 1965: Georges Soyez, André Dessoignies, Pierre Derotteleur, Jean-Marie Ghislain et Daniel Delcourt 

En 1966, accession à la division 1 inférieure et nous terminons 2ème derrière...Tongre-Notre-Dame.

En 1967, nous rejoignons la division 1 régionale avec les renforts de Jean-Marie Bergeret dit « l’Maï » et José Dussausoit. André Dessoignies nous a quitté pour entamer une belle carrière en 1ère division nationale où il aura le privilège de jouer aux côtés de l'idole de son enfance le célèbre « Léon Cassart ».

Nous finirons champions de l’entente, nous participons à la finale du championnat du Hainaut….mais le ressort est cassé !!

Pour rejoindre la division 3 nationale, il faut beaucoup d’argent et un renfort à la gestion du club qui ne viendra pas !!

A noter que pendant ces années 1966-1967, les lundis de la ducasse voient des joutes homériques entre Huissignies, Ladeuze et Tongre-Notre-Dame….les 3ème mi-temps sont mémorables !!

Ainsi se tourne, une des plus belle pages (si pas la plus belle… ?) de l’histoire ballante à Hunchenies….Merci à Jean-Marie de nous l’avoir fait revivre… !

 

Et encore quelques autres photos........

juniors 1964 GP des carriers.jpg

Au Grand prix des carriers à Lessines en 1964: Augustin Davister(*), Pierre Derotteleur, André Dessoignies, Georges André et Jean-Marie Ghislain

 

Juniors 1965 aux Ecacheries.jpg

Au tournoi d'Ecacheries en 1965 avec à leur côté à droite leur fameux coach : Emile Davister

Tournoi Meslin 1964.jpg

Au tournoi de Meslin en 1964

(*) Avant d'être un champion de la canne-major, Augustin fut aussi un excellent pelotari...!!  Rigolant

 

 

 

12/04/2014

La rue Marcel Bernard et la Planque du Facq

La rue Marcel Bernard 

Rue M. Bernard Sentier de l'église.jpg

Appelée dans le passé "Piedsente de l'église" ou "Piedsente de l'Hounenne" continuité de la "Piedsente du Pont Goret", elle fut définitivement appelée "Rue Marcel Bernard" en hommage à ce soldat de Huissignies tué durant la première guerre mondiale.

Marcel Bernard 1.jpg

La mise sous aqueduc du ruisseau "Fossé Piquet" et l'élargissement de la rue furent achevés en 1957, ce qui permis la construction de maisons sur la rive droite du fossé.

 

MB2.jpg

En 1850 sur le Plan Popp, la rue ne comptait qu'une seule maison à l'endroit de la maison de Marie-Thérèse Hansart; il s'agissait de la maison et du jardin appartenant à Debay Raphaël, meunier.

années 40.jpg

La rue dans les années 40 (Photo d'auteur inconnu)

La Planque du Facq

C'est le nom du sentier probablement le plus utilisé de nos jours et qui permet un raccourci dénué de danger pour les piétons et cyclistes qui veulent joindre le Trieu à la rue de l'église.

La Planque était la planche qui permettait le passage au-dessus du fossé Piquet à la jonction avec la rue Marcel Bernard.

Planque du Facq.JPG

La Piedsente du Facq à l'endroit de la planque. (dans le fond, la rue Augustin Melsens)

Origine du nom Facq....??

On pourrait imaginer qu'à l'origine, le passage au dessus du fossé était fait de fagots posés au-dessus du petit ruisseau....fag comme fagots ?

 

numérisation0001.jpg

Le champ qui appartenait à l'Abbaye d'Ath durant l'ancien régime le long de la piedsente du Facq. (Photo d'auteur inconnu)

Autre supposition plus plausible: le notaire Defacqz d'Ath fut chargé de mettre sous séquestre à la révolution française le champ jouxtant la piedsente qui appartenait à l'Abbaye d'Ath. Cette propriété fut cédée au bureau de bienfaisance d'Ath.

 Les coutures du Haut Courtil et du Bas Courtil

Le Haut Courtil (1519) et le Bas Courtil sont séparés par la Piedsente du Pont Goret. 

Le Bas Courtil longe le Fossé Piquet.

 Les Bas Courtils le long du Fossé Piquet.JPG

La Couture du Bas Courtil à gauche, en pente vers le Fossé Piquet

Les Hauts-Courtils le long de la piedsente du pont Goret.JPG

La Couture du Haut Courtil à droite de la Piedsente du Pont Goret sur la photo. 

La Piedsente Laprusse

Dernière maison en torchis (Copier).jpg

Les derniers pans de mur en torchis de la maison aujourd'hui disparue qui faisait le coin de la piedsente Laprusse en face de la pharmacie.(Photo d'Ovide Canseliet 1980)

La piedsente Laprusse relie la rue Marcel Bernard au Court Tournant. On devrait son nom à un riverain de cette piedsente qui aurait combattu en Prusse au sein de l'armée napoléonienne. 

P1010455.JPG

La rue dans les années 40, une aquarelle de Georges Brotcorne riverain de cette ancienne piedsente.

La Piedsente du Pont Goret

P1000600.JPG

Elle relie la rue Joseph Lizon à la rue Marcel Bernard.

rue Marcel Bernard Hiver 1981.jpg

La rue Marcel Bernard dans sa parure de neige durant l'hiver 1980-81 (Photo d'Ovide Canseliet )

P1000812 (Copier).JPG

L'église vue de la rue Marcel Bernard

 

numérisation0336 (Copier).jpg

La rue Marcel Bernard et l'église dans un décor printanier (Photo d'Ovide Canseliet 1980)

 

numérisation0171.jpg

La Piedsente Laprusse en 1980...elle a perdu ses charmes d'antan....(Photo d'ovide Canseliet)

 

05/04/2014

La rue de l'église (2)...du Court Tournant au Pont Birique

 numérisation0002 (Copier).jpg

La procession passe à la rue de l'église, devant la maison Scolastique Crucq dernière maison en torchis du village, à l'endroit de la pharmacie actuelle. (Photo d'auteur inconnu vers 1945) 

L'ancien cabaret du vieux-temps

L’ensemble des bâtiments avait été très peu modifié jusqu’à son aménagement en habitations, l’ensemble faisait partie d’un  domaine brassicole.

numérisation0184.jpg

Ancien café du Vieux Temps (Photo de Ovide Canseliet 1980)

Son époque de construction est  incertaine mais la lignée des brasseurs nous permet de remonter vers les années 1650/1670. Jusqu’à la fin du XVIII siècle, on retrouve 3 familles qui se succédèrent comme brasseurs: les Bournot, Denis et Cappelle.

Ancienne brasserie Massart.JPG

Ancienne maison Massart et dépendances ayant servies de brasserie 

En 1796, apparaît Théodore Massart, né à Montreul-au-Bois, brasseur, aubergiste et … chirurgien !! Association bizarre de professions et en outre, à défaut de maison communale, on tenait également chez lui, « Chambre Commune ». Cette brasserie reste exploitée par les descendants des Massart jusqu’en 1865, nous ne savons pas à quelle date elle a cessé ses activités mais une partie des bâtiments fût démolie pour permettre la construction de l’habitation de Massart Adèle épouse de Georges Fauvaux, ancien instituteur de la 1ère moitié du XXème siècle.

La Marcotte,

 

La Marcotte.JPG

La Marcotte et à l'avant-plan le "pont de la Marcotte", en dessous coule le Fossé Piquet qui se jette dans la Hunelle 100 mètres plus loin à la rue des Hauts Arbres.

De 1795 à 1884, c’était un cabaret-auberge qui appartenait à la famille Stampe:en 1798, il s'agit de Antoine Stampe, débiteur de bières époux de Marie-Thérèse Massy. Antoine mourut en 1823, son épouse poursuivra l'exploitation. A son décès, la Marcotte appartiendra à François Stampe, son fils. 

La Marcotte a également servi de chambre commune faute de maison communale.

En 1870, le bâtiment subit une transformation en 2 habitations.

En 1884, la Marcotte passe en donation à Thérèse et Joséphine Stampe.

En 1894: reconstruction totale.

En 1913, la grange est convertie et agrandie en salle des fêtes.

Vers 1950, Sylva Lorphèvre dit Mamar la transforme en salle de cinéma, mais son existence fut éphémère.

Mis en vente, sans destination définie, les sociétés du village se mobilisèrent et ont convaincu la commune de Huissignies, d’acheter le bâtiment en 1975, les installations de départ du Centre Culturel « La  Marcotte » furent inaugurées en 1979, son évolution ne faisait que commencer.

Le pont de la Marcotte

Ainsi nommé dans le passé mais complètement occulté aujourd'hui, il permettait de passer au-dessus du Fossé Piquet qui coule en-dessous de la rue venant de la rue Marcel Bernard. En 1834, sa reconstruction par Cyrille Legrand de Husseignies et Jean-Baptiste Battard de Ladeuze, tous deux maître-maçon, a coûté à la commune la somme de 290 francs 35 centimes.

L'église et la cure feront l'objet de rubriques ultérieures. 

numérisation0004.jpg

 Photo de la place de l'église dans les années 40. A la gauche, le café-épicerie de la famille Lefebvre-Boucq  (Photo de Charles Boucq)

Le Pont Birique

P1000548.JPG

 Pont sur le Barbechin dans la courbe au début de la rue de la Quemogne; le Barbechin fait la limite entre la rue de l'église et la la rue de la Quemogne.

Coût de la construction du "Pont Birique"en 1834 par les maître-maçon Cyrille Legrand et Jean-Batiste Battard: 170 francs 40 centimes.

Dans un extrait des messes basses de 1779 est cité Pierre-Joseph Duquesne dit "Birique", déclaré agriculteur et tisserand.

Le pont fut aussi appelé dans le temps: Pont tin du Bos et Tin du Bot sur le plan Popp (Tin du Bos = Augustin Dubois).

Au pied du pont Birique, l'ancienne ferme Oscar Degauquier.

 

numérisation0124.jpg

Dans les années 80, devant la ferme d'Oscar Dugauquier (dans son fauteuil), une sorte de conseil des aînés s'y tenait chaque soir de l'été....tous les figurants de cette photo sont aujourd'hui décédés.  (Photo d'Ovide Canseliet)

Le plan Popp et la seconde partie de la rue de l'église 

 

P1010420.JPG

Rue de l'église (du Court Tournant vers Beloeil)   
Section B (à droite direction Beloeil)  
N° de parcelle Nature de la parcelle Propriétaire
     
476/475/477 Maison/Jardin/Verger Nopenaire Maximilien, dit Gros, Marchand
484d/484c/484a Maison/Jardin/Verger Croisiaux Auguste, Tailleur
489d/485b Maison/Maison/Jardin Limbourg Ferdinand, Domestique
458a/460a Maison/Jardin Debay Clément, Sabotier
458b/469a Maison/Jardin Debay Maximilien, Sabotier
458a bis/461c/461c Maison/Jardin/Verger Meurant Jules, Sabotier
455/454/457/456 Maison/Jardin/Verger/Brasserie Massart Jean-Bapt,Antoine et Benoit, Cultivateurs
451/452/453 Maison/Jardin/Grange Moulin Jean-Baptiste, Cultivateur
450/449 Cure Commune
447a/448a Maison/Jardin Moulin Damien, Boulanger
445c/445b/445d Maison/Maison/Jardin Jennart Jean-Baptiste, Marchand
439/439g Maison/Jardin Quitton François, Menuisier
436a/437b Maison/Jardin Paul Abraham et Romain, Secrétaire et ménager
351a/350a Maison/Jardin Duquesne, Massart Pierre-Joseph, Charpentier
     
Section A (à gauche direction Beloeil)  
492b Maison Meurant Modeste, Cultivateur
491d/491c/493b Maison/Jardin/Verger Duquesne François-Joseph, Berger
562a/562b Maison/Jardin Crucq Marie-Christine, Couturière
563a/562c Maison/Jardin Crucq veuve Benoit-Joseph
565a/567 Bien rural/Verger Dehérissem Baron Charles, Bruxelles
565b/566 Maison/Jardin Brismoutier-Delmée Jean-Bapt., Gendarme
572 Eglise et Cimetière Commune
586a/587 Maison/Jardin Descamps Edouard, Brasseur, Beloeil
573a/574/573b Maison/Jardin/Verger Delaye Alexandre, Charpentier
576b/575b Maison/Jardin Vanus Veuve Jacques, Ouvrier
577c/578/577g Maison/Jardin/Grange Legrand Bastien Zaccharie, Cultivateur Ladeuze
588a/588b/589 Maison/Maison/Jardin Stampe François, dit Pinche, Cultivateur (Marcotte)
601c/601b Maison/Jardin Picron Jean-Baptiste, Ouvrier
601d Maison Jonniau Jean-Baptiste, Cultivateur