http://huissigniesretro.skynetblogs.be

01/03/2014

Des Haud'Oignons vers la Djeffe et les Goulouffes....

 numérisation0002.jpg

La Djeffe (direction Blicquy) n'avait rien à envier aux célèbres pavés du nord.(Photo de Michel Baugnies fin des années 60) 

Le Caillois,

Le petit Caillois, couture 1546 et le grand Cailloit, couture 1524.

C’est la couture qui s’étend à la droite de la Dieffe en direction d’Autreppe. Ce nom vient des cailloux qui jonchent ces terres car, en sous-sol à faible profondeur on trouve une veine rocheuse calcareuse fossilifère; cette même veine apparaissant presque à fleur de sol au lieu dit "Trô del Roc" à Ladeuze (Près du cimetière de Ladeuze).

Les Caillois (Dief).JPG

Le champ des Caillois à droite en montant la Djeffe

Dans la partie supérieure, à une altitude de 76 m, la couture du Caillois a parfois porté le nom de « couture de Glais, » tenant au chemin de Husseignies à Blicquy (acte du 3 mai 1554, Archives de la ville d'Ath).

Terre à cochons.JPG

La terre à cochons en la couture du Caillois

On relève aussi dans les archives: 1555, La terre à cauchons (cochons) en la couture du Cailloix, qui était une glandée en bordure de la forêt...les glands appartenant à la seigneurie étaient probablement revendus comme nourriture pour les cochons.

La Djeffe

numérisation0001.jpg

La Djeffe vers Huissignies; à gauche La couture Les Caillois (Photo de Michel Baugnies des années 60)

Route qui mène vers Blicquy et qui est restée en mauvais pavés et difficilement carrossable jusqu'en 1974. Son nom issu du vieux français serait synonyme de "glay", son sous-sol est constitué d'une épaisse couche de terre glaise imperméable, propice à la poterie et déjà exploitée pendant la préhistoire et la période gallo-romaine puisqu'on y a retrouvé des objets de ces époques.

Les piedsentes oubliées

 

Djeffe3.jpg

 

Deux sentiers traversaient la couture du Caillois: la piedsente d’Ath partait de la ferme Nottez directement vers Ormeignies, elle constituait la voie essentielle pour les piétons et cyclistes se rendant à Ath.

Quant à la piedsente du Caillois, elle partait du même point pour rejoindre Autreppe par les Goulouffes.

Le Bois de la Rosière

couvrait la partie au delà du Caillois jusque dans le village d'Autreppe et jusque la ferme de la Rosière; la carte Ferraris et le plan Popp (noté Bois de Husseignies) nous le montrent très bien, en 1830 il occupait encore 84 ha, en 1850 il ne subsistait plus que 66 ha.Bois Huiss.jpg

Le comte du Hainaut cèdera cette forêt à l'abbaye de Cambron au 12ème siècle; de succession en succession, elle deviendra propriété des ducs d'Arenberg qui en seront d'ailleurs les derniers propriétaires de l'ancien régime jusqu'à la déforestation progressive durant le 18ème, déforestation qui sera terminera moitié du 19ème avec la vente au fur et à mesure des parcelles aux agriculteurs.  

Les Goulouffes 

Les Goulouffes 1.JPG

Le lieu-dit "Les Goulouffes" aujourd'hui traversé par le TGV, le bois Lafosse, et la ferme du même nom à l'arrière.

C’est une brusque dépression au nord de notre commune, le versant nord boisé forme le bois Lafosse, dernier vestige du bois de la Rosière.

Cette cuvette a été complètement comblée pour permettre le passage du TGV. La source qui jaillissait aux flancs des Goulouffes a donné pas mal de soucis aux ingénieurs lors de la réalisation de ces travaux, ils avaient beau lui imposer un trajet, elle rejaillissait ailleurs.

Cette source portait un nom poétique « La fontaine au lait buré », ce nom lui avait été donné car en période caniculaire, les fermiers venaient s'approvisionner en eau fraîche de la source pour refroidir le lait dans la fabrication du beurre. 

numérisation0303.jpg

 Les Goulouffes début des années 1980 (Photo de Ovide Canseliet)

La ferme Lafosse,

Elle faisait partie d'un ensemble de trois fermes que l’Abbaye de Cambron possédait sur Ormeignies-Autreppe sous le nom de « Seigneurie de la Rosière ». De cette ancienne seigneurie ne subsistent que les fermes de la « Grande Rosière » et de la « Petite Rosière », la troisième dite « Cense des Goulouffes » disparue était établie aux environs de la ferme Lafosse. Un acte de 1330, cite Jacques de la Fosse, mayeur de Husseignies.  

Eul cése des Goulouffes.JPG

La ferme Lafosse dite aussi ferme des Goulouffes, sur le territoire d'Ormeignies.

Le Rieu Sauveur

 En 1383,"rieu du Sauvée"; en 1594 et 1644,"rieu du Saulveur". En langue romane "salvarium", réservoir à poissons. 

 

Le Rieu Sauveur.JPG

 Le Rieu Sauveur passe en dessous du TGV et coule vers Ladeuze.

Il prend sa source derrière le TGV et va se jetter dans la Hunelle entre Ladeuze et Tongre-Notre-Dame; il constitue la limite entre Huissignies et Ormeignies.

"Sur la terre de Tiripré arrosée par le rieu sauveur, les colons romains se faisaient creuser à proximité de la villa romaine un étang dans lequel ils élevaient des poissons pour leur usage personnel. Ce réservoir qu'ils dénommaient "salvarium", traduit et altéré par "sauveur" a transmis son nom au ruisseau qui l'alimentait". (Abbé Demeuldre; Histoire de Ladeuze).

numérisation0021.jpg

Une dernière photo de la Djeffe de jadis......

 

Commentaires

Ah, el Djeffe; combien de fois ne l'ai-je parcourue à vélo en venant d'Irchonwelz, les dernières années de présence au "Cour Tournant" de mes grands-parents. Un vrai casse pattes.
Et même en voiture, c'était une épreuve terrible pour les suspensions.

Souvenirs......souvenirs !

Écrit par : LELEU | 01/03/2014

Répondre à ce commentaire

Encore bravo. Je n'en finis pas d'être en extase devant ces belles photos (merci à Michel pour les photos souvenirs) et à Jean Noêl pour les actuelles. Le texte est aussi très bien écrit et je suis particulièrement intéressé par le sentier d'Huissignies à Ath par Autreppe car il s'agit sans doute là du chemin de "transhumance" des Picron d'Ath à Huissignies par Autreppe. Existe-il dans vos archives une carte ancienne avec ce tracé.
Avec mes amitiés,
Gilbert Picron

Écrit par : PICRON Gilbert | 02/03/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.