http://huissigniesretro.skynetblogs.be

15/02/2014

La Rue Ludger Lapoulle, ex Rue des Bas Trieux

P1000396.JPG

Lieu-dit "Les Bas Trieux", aujourd'hui aménagé en "square".

Les Bas Trieux étaient des waréchaix(*) ou prés communs, terrains en friche appartenant à la commune et dont la location rapportait un droit de"patar" (monnaie ancienne de faible valeur). La commune vendit les waréchaix des Bas Trieux en 1824 pour consolider la trésorerie en vue de la construction de la première école communale.

Bas Trieux.jpg

Sous la rue des Bas Trieux coule le ruisseau "Le Fossé Piquet" aujourd'hui enfui dans un aqueduc; il était anciennement bordé de parties en friche formées d’étroites bandes de prés. Ces terrains étaient aussi des aisances communales sujettes à inondations où nos manants avaient le droit de vaine pâture pour leur bétail.

 numérisation0295.jpg

Photo de Ovide Canseliet 1980

A l’entrée de la rue, à l’emplacement du jardin Petit, se trouvaient les Maisons des Veuves, sorte de mini-hospice relevant de l’assistance publique, elles furent détruites vers 1950.

Il n’y avait pas d’autres habitations en ces lieux sur la carte Ferraris en 1770, des endroits bâtis sont repris uniquement au fond des Bas Trieux, vers la droite sur la partie plus élevée à l'abri des débordements du Fossé Piquet.

La "Rue des Bas-Trieux" deviendra "Rue Ludger Lapoulle" en 1919 en hommage à ce soldat natif de cette rue tombé en octobre 1914 dans la sanglante bataille de l'Yzer à Ramscapelle.

Ludger Lapoulle.jpg

Photo de Ludger Lapoulle en 1914 (Auteur inconnu) 

La ruelle du Moulin à Vent

P1000182.JPG

Ainsi nommée sur le Plan Popp de 1850, déjà évoquée au départ de la rue des Culots, cette ruelle qui suivait le parcours du diverticulum romain traversait les Bas Trieux, au travers de la propriété Lefebvre (Céss du Mayeur Sidore) en servitude, pour aboutir à la rue des Haud' Oignons au coin de la  maison Boulvin. Elle portera plusieurs noms au cours des temps: Ruelle du Waressay (1533), Ruelle à la Barre (1526), ruelle du Coron (1627).

Le "Paradis des kvaux"

Eul Paradis des kveaux.JPG

Cité aux Bas-Trieux en 1540, cet endroit marécageux en bordure du Fossé Piquet était propice à y enterrer les animaux, les chevaux en particulier.

La Piedsente Zante

Du nom de l'ancienne ferme riveraine à cette piedsente, elle relie les fonds des Bas Trieux à la rue des Haud'Oignons en 2 points: au "Coucou" d'une part et la " Ruelle du Moulin" d'autre part.

 

Piedsente Zante 2.JPG

La Piedsente Zante

La Piedsente des Bas Trieux

Près de la maison Jean Paul, partait la "Piedsente des Bas Trieux", aujourd'hui disparue, ainsi nommée sur le Plan Popp, elle longeait le Fossé-Piquet jusque la maison Pierre Jaivenois et ensuite obliquait pour rejoindre le chemin de Blicquy au-delà de la ferme Degauquier. 

Piedsente des Bas Trieux auj. disparue.JPG

La Piedsente du Bas-Trieux près de la maison Pierre Jaivenois, aujourd'hui disparue qui reliait en raccourci la rue de l'église à la Djeffe via la Piedsente du Pont Goret. 

La rue des Bas Trieux et le plan Popp de 1850

  

P1010111.JPG

N° de parcelle Nature de la parcelle Propriétaire
     
507/507bis/508 Maison/Maison/Jardin Delcourt Laurent, les héritiers, Journaliers 
516/518/517 Maison/Jardin/Verger Renard Aimé-Joseph, Cultivateur
512/513/511 Maison/Jardin/Verger Lefebvre François, Cultivateur (céss du mayeur Sidore)
514/515a Pépinières Lefebvre François, Cultivateur
463c/463b Maison/Jardin Baugnies-Labie Désiré, ouvrier
461b/462/463a Maison/Jardin/Jardin Labie François, ouvrier
465/464/466 Maison/Jardin/Verger Coulon-Cauchies Hypolyte, cultivateur
460/459/458a Maison/Jardin/Verger Coulon Chrisostome, Rosalie et Henri, Cultivateurs
455a/454a Maison/Jardin Capelle Veuve Nicolas
453a/453b/452 Maison/Maison/Jardin Duquesne Augustin, Cultivateur
520b/519g/521d Maison/Terre/Jardin Miroir Auguste, Tisserand
520a bis/519c Maison/Jardin Waroux Pierre-Joseph, Domestique
522/523/524 Maison/Jardin/Verger Duprez-Devos Veuve et enfants, Leuze

(*) Waréchaix: Les waréchaix appartenaient de droit au seigneur qui percevait un cens de ceux qui en étaient les usagers. Peu à peu, par l'effet de l'évolution qui tendait à affaiblir la puissance seigneurale au profit des communautés, les waréchaix comme les pâturages devinrent de véritables propriétés collectives dont les communautés disposaient en maîtresses quasi-absolues. (Léo Verriest, Le régime seigneurial)   

Prochaine publication: La rue des Haud 'Oignons

Commentaires

Comme dit la chanson : "C'est un beau roman...c'est une belle histoire..." A la fin...on reste sur ..sa faim...en attendant avec une certaine impatiente curiosité l'épisode suivant...Bravo...mille fois.. à nos deux dévoués reporters Michel et Jean-Noël, pour ce travail remarquable qui restera un cadeau précieux pour les générations futures!!! Avec d'autres, nous vous tendons la main pour la prochaine promenade.... Bernadette.

Écrit par : Terrasse Bernadette | 15/02/2014

Répondre à ce commentaire

Bernadette....les buts poursuivis sont la communication et la pérennisation....tout simplement, et que tout le monde en profite.
Et à la prochaine rubrique aussi longtemps que l'on puisse en produire une par semaine....arivera un moment où ça deviendra plus compliqué peut-être...mais bon, ce qui sera produit sera produit, les arbres ne montent pas jusqu'au ciel!...JN

Écrit par : Gosselin Jean-Noêl | 16/02/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.