http://huissigniesretro.skynetblogs.be

07/11/2013

Circuit 1 de balade au travers du village / Avant-propos et le Trieu

Avant-Propos

Définition du lieu-dit : Partie d'une commune désignée d'après une particularité topographique ou historique.

Plus concrètement dans notre paysage rural, il s’agira du nom particulier d’une couture, d’un champ ou d’un chemin qui permet de repérer l’endroit dans les conversations, dans les premiers actes écrits et plus tard dans les actes notariés. Ils peuvent aussi être repris sur les cartes.

Le relief, la nature, une situation particulière, un personnage peuvent être à l’origine de ces dénominations.

L’étude linguistique ou historique de ces noms de lieux s’appelle toponymie.


Ce travail s'inspire de recherches effectuées principalement par Michel Baugnies.

Nous reprenons le canevas de présentation des lieux-dit tel qu'il fut utilisé dans le montage audiovisuel qui avait été réalisé en 1986 par "l'Association de la sauvegarde du patrimoine de Huissignies"....à savoir nous balader au travers le village en utilisant 4 circuits différents..... 

Le premier circuit nous conduira du Trieu par la rue des Huées et du Pluvinage vers Canteleux, la ferme des Quéwettes, les Monts Brunehault, la Grande Carrière, les Culots pour revenir au Trieu.

Le Trieu

Trieu Huissignies.jpg

Le trieu dans les années 30 (Auteur inconnu)

Actuellement place communale de l’école, le trieu était anciennement la partie marécageuse entre la rue des Huées et la rue du Pluvinage, mais il n’y a pas qu’à Huissignies qu’il y a une place du Trieu, d’où vient cette appellation? C’était une terre en friche, généralement plantée d’arbres, communément appelée dans notre patois « à t’chié » sur laquelle, chacun avait le droit de laisser paître son bétail.

Signalons que les tilleuls actuels ont été plantés en 1873 pour la somme de 133 francs et 10 centimes.

A l’angle formé par la rue du Pluvinage et la rue Augustin Melsens (anciennement rue du Monceau) était érigé le pilori de la « Terre et Seigneurie de Huissignies »

Qu’est-ce qu’un pilori ?  Celui-ci consistait en une colonne de pierre bleue sur socle avec un carcan et des chaînes, c’était donc un instrument de torture; suivant les délits, on y attachait les condamnés que l’on exposait au public, à la honte et aux reproches des passants, c’était un élément de justice féodale. 

Qu’est devenu ce pilori ? Il aurait été démantelé en 1794, à la période française, au moment où on voulait effacer toute trace de l’ancien régime. Il semblerait qu’une partie du fût ait été utilisée pour remplacer un pilier défaillant au travail de la forge du "Marichaux" (Emile Houx, dernier forgeron du village, décédé dans les années 70).  

numérisation0379.jpg

Le trieu début des années 40 (Auteur inconnu)

Le Trieu et la plan Popp de 1850(*)

P1000644.JPG

 Cadastralement en 1850, la zone du Trieu, bien communal, englobait la zone carrée au centre de l'image ci-dessus considérée jusqu'alors comme un waréchaix qui va laisser place petit à petit à une zone d'habitat.

Bon nombre d' habitations construites en cet endroit l'étaient sur terrain communal et étaient assorties d'un bail de 45 ans .

Voyons la composition de la matrice cadastrale de l'époque:

  • 225 est une zone inculte qui sert de place publique et aussi au "jeu de balle" qui aurait pris naissance en 1805.
  • Les premières écoles récentes étaient bâties sur les parcelles 221 a et 221 bis.
  • 224, la ferme de Basile Delhaye, cultivateur avec le jardin: 222a et une terre en 214. 
  • 219a (jardin) , 220a et 220b (maisons) appartenaient à Domitien Capelle,tisserand
  • 222b (jardin) et 223 (Grange)  appartenaient à Dath Désirée, épouse Avez Georges rentier. 
  • 226a (maison) et 227a (jardin) appartiennent à Fournier Jean Baptiste,ouvrier.
  • 228c (maison), 229a (Atelier) et 228b (jardin) appartiennent à Vilette Albert,maréchal-ferrant....un nom toujours familier au trieu!
  • 230a (maison) appartient à Laurent François,négociant.
  • 234a (maison) et 235a (jardin) appartiennent à Sauvage Jean-Baptiste,journalier.
  • 236b (maison) et 236a (jardin) appartiennent à Fontaine Jean-Baptiste,cultivateur.
  • 239b (maison) et 239a (jardin) appartiennent à Gosselin Marie-Joseph,servante.
  • 241a (bâtiment rural) et 240a (jardin) appartiennent à Becq Pierre Joseph,journalier.
  • 240b (maison) appartient à Becq Joseph. 
  • 535 (maison), 534 (verger), 536 (jardin) et 537 (pré) appartiennent à Jaivenois Xavier cultivateur....cette propriété appartient toujours à la famille Jaivenois.
  • 414 (maison) et 413 (jardin) appartiennent à Brassart Christiane,cabaretière.
  • 415 (maison) et 416 (jardin) appartiennent à Dath désirée épouse Avez Charles,rentier.
  • 418a (maison) et 417b (jardin) appartiennent à Renard Veuve François, tisserand.
  • 419 (pré) et 422 (terre) appartiennent à Smits Julien, médecin à Bruxelles.

    (*) Les plans Popp, sont d'anciennes lithographies, réalisées par Monsieur Popp entre 1842 et 1879, pour les communes des provinces du Hainaut et de Liège.
    Chaque plan Popp reprend l'ensemble de la commune à l'échelle 1/5000 - avec des développements pour le centre ou les hameaux éventuels à l'échelle 1/2500, faisant mention des chemins, sentiers, cours d'eau, etc. 
    Ils reprennent aussi bien sûr les emplacements des châteaux, moulins ou autres curiosités et, naturellement, toutes les parcelles bâties ou non avec leurs limites précises.. 

    Trieu Début années 1900.jpg


Commentaires

Bonjour Jean Noël et Michel,

Mes chaleureuses félicitations à vous deux pour ce magnifique reportage des lieux-dits d'Hunchenies. Cela invite à s'y rendre pour revoir les endroits si bien décrits et documentés.
Excellente idée d'avoir intercalé des plans Popp dont je suis un grand fan.
Au plaisir de vous revoir. Avec mes amitiés. Gilbert Picron

Écrit par : PICRON Gilbert | 10/12/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.